Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2007 5 17 /08 /août /2007 08:00
Nous nous retrouvons devant la piscine de W… le matin de l’examen, Gentil, Patient, Givrée et moi. Gentil (un gars charmant) est affreusement stressé et fait comme si ça lui était assez égal de rater ou pas. Je le regarde et me dis qu’au contraire, ça doit être très important pour lui. Patient gère assez bien son stress. Givrée est complètement « schtarbée » (expression personnelle) sous l’effet du stress : elle saute partout, discute très fort, rigole, s’agite et nous raconte qu’elle a eu un mal fou à s’endormir.
Première épreuve, la réglementation. Nous voilà tous dans une petite pièce en train de remplir un questionnaire.
J’ai perdu l’habitude de passer des examens (et puis c’est un exam de plongée, quand même !) et réalise deux minutes avant la distribution des questionnaires que je n’ai ni feuilles, ni trousse ni stylos. C’est malin… Heureusement, Simplet, le président de notre club, est là et me passe sa trousse et des feuilles.

Le gars qui nous surveille tandis que les autres examinateurs vont boire un café (ils nous en améneront un aprés) est Parlefort l’un des candidats au MF1 avec lequel nous avons travaillé lors des séances théoriques. C’est quelqu’un de très sympa.
Je gratte et, à un moment, jette un coup d’œil discret à droite sur la copie de Gentil et à gauche sur celle de Givrée… Mouai… Je relève le nez et voit Parlefort qui me sourit, amusé. Mouai. Il a beau sourire, il vaut mieux ne pas trop insister et puis je crois que j’aurais dû mieux choisir mes voisins, des trois c’est moi qui me débrouille le mieux sur cette question un peu pointue…
Enfin ça ne marche pas trop mal.
Quelques minutes après nous voilà tous au bord de la piscine avec nos palmes, nos masques et tubas et là je deviens très décidée. Autant ne pas faire traîner les choses. Un moniteur nous a désigné la ligne d’eau où l’épreuve de mannequin allait se tenir ; les autres sont encore en train d’hésiter que je suis déjà sous la douche et me voilà en train d’attendre  dans la ligne d’eau.
Un moniteur me dit : « tu veux y aller ? Vas-y. »

1 - MANNEQUIN  (COEFFICIENT 1)
Effectuer un parcours de 100 mètres équipé de palmes, masque et tuba.
À la fin de ce parcours, descendre à une profondeur comprise entre 2 mètres et 6 mètres et tenir  une apnée de 20 secondes minimum en déplacement.
Après une récupération de 10 secondes au maximum en surface, redescendre à la même profondeur et remonter un mannequin de 1,5 kg de poids apparent et le remorquer sur une distance de 100 mètres.
1 à 8 points supplémentaires peuvent être attribués : pour la tenue, l’aisance, l’efficacité et la rectitude lors du tractage du mannequin.
La prise et la tenue du mannequin se doivent d’être applicable à une victime réelle : le mannequin devra être maintenu le face hors de l'eau, selon la prise classique (bras placé sous l'aisselle, main sur la poitrine, tête du mannequin sur l'épaule) en se déplaçant sur le dos. Toute immersion complète de la face du mannequin d'une durée de 5 secondes consécutives au moins durant le remorquage entraîne l'élimination du candidat
NOTA: Un mannequin réglementaire adulte et homologué type « FFSS », agréé par la jeunesse et sports pour les épreuves de sauvetage aquatique devra être impérativement utilisé.

J’ajuste mon masque et pars tranquillement pour les 100 mètres de nage.
J’arrive à l’aplomb du mannequin et fais mon canard. Le premier truc qu’on nous a appris c’est qu’au cours de cette apnée il fallait commencer par arranger la position du mannequin de façon à pouvoir l’attraper correctement à la seconde apnée. Et puis économiser son énergie pour tenir...
J’arrange mon mannequin, le dispose crâne vers la partie libre de la piscine, puisque c’est par là que je vais le tracter, me tourne moi-même dans cette direction et commence à toucher les carreaux du fond de la piscine, l’un après l’autre comme si je voulais les compter.
Oh oh, l’apnée vient à peine de commencer, je manque déjà d’air, je ne vais pas tenir. Si, allez, c’est tout de suite ou jamais, tu tiens.
C’est terriblement long, ils savent qu’ils doivent me faire signe de remonter ?
(Précision, à l’entraînement, il y avait toujours quelqu’un qui nous chronométrait l’apnée et tapait contre l’échelle pour nous faire signe de remonter.)
J’ai entendu quelque chose, là ? C’était le signal de remontée ? Je remonte doucement et reste un instant sous la surface, regardant les examinateurs au bord dans l’espoir qu’ils me fassent un signe.
Ils me regardent aussi et restent impénétrables, t’tes façons je ne tiens plus, j’émerge. N…, une monitrice de notre club qui est dans ce groupe, me fait signe que tout va bien.
10 ! 9 ! Un moniteur commence le décompte, je souffle un max pour récupérer, 8 ! 7 ! je jette mon tuba (qui ne peut que me gêner pour le tractage de mannequin) au bord, 6 ! 5 ! il heurte l’un des examinateurs (Oh oh me souffle une petite voix, n’oublie pas d’aller t’excuser…)   4 ! 3 ! 2 !
Je plonge au moment où j’entends le 1 !, j’arrive sur le mannequin encore limite en souffle alors tant pis je l’attrape de par en dessus et le remonte à la palme.
Surface, signe de détresse et je pars pour les cent mètres de tractage.
À la fin des cent mètres, Givrée est là qui m’encourage, ainsi que Patient et Gentil.
Waw, j’y suis arrivée. J’ai du mal à réaliser mais…. Oui, je suis contente. Je reste un moment dans l’eau pour accompagner mes trois collègues.
Je sors de l’eau, c’est un peu le chaos général : dans tous les coins il y a des moniteurs, dans tous les coins des candidats préparant ou exposant un sujet, sur l’eau ou dessous.
J’entends la voix bien reconnaissable de Prof qui demande un candidat. « Moi ! ». Je vais donc passer avec Prof et Léon, un autre MF1 que je connais bien et par chance je tire dans l’éventail de sujet qu’ils me soumettent les techniques d’immersion, soit le canard que j’ai déjà exposé à Prof hier et le phoque.
Je me souviens de ses conseils, je leur fais une bonne démonstrations, leur fais pratiquer l’exercice. Morte de rire devant les fausses erreurs qu’ils commettent et que je corrige dans la bonne humeur.
Nos encadrants nous ont dit que parfois quand on a deux parties dans un sujet, les examinateurs ne nous demanderaient d’exposer que la première…. Du coup j’espérais un peu n’exposer que le canard mais faut pas être trop gourmand non plus, Prof me demande d’enchaîner sur le phoque. Ça marche relativement bien aussi.

En sortant ensuite de l’eau, je sais quelque part au fond de moi que ça a marché mais je n’aurai le résultat qu’en fin d’après midi et non sans que Givrée nous ait à nouveau un peu saoulé les oreilles entre temps.
De nous quatre, seul le pauvre Gentil a échoué…
Un autre rapport à la plongée débute…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dragond'eau En Quelques Plumes

  • : un dragon entre deux eaux...
  • un dragon entre deux eaux...
  • : Un peu de tout, un peu de rien, beaucoup de moi !!!
  • Contact

J'aime Les Lire...