Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 08:14
Samantdi m'écrit en commentaire : "J'aimerais bien que tu racontes un peu le quotidien d'une jeune vétérinaire, c'est un métier qui fait tellement rêver mes élèves, je me demande si tu trouves que ton métier correspond aux rêves que tu en avais vers 15-16 ans... Ton amour des chiens, des animaux, est-il comblé par ce métier ?"
et comme je le lui écris, je ne suis pas sûre d'être la mieux à même de lui répondre...

Mais commençons par la première question : le quotidien d'un vétérinaire.
Tout d'abord, il y a vétérinaire, vétérinaire, vétérinaire (quel dommage qu'il ne soit plus tenu depuis plusieurs mois, ce blog), vétérinaire, (et on peut lire aussi les blogs des étudiant vétérinaire ici, ou , et des tas d'autres, et des tas d'autres blogs aussi, sorry à tous ceux que je connais mais n'ai pas cités !)...
Aucun d'entre nous n'exerce son métier de façon exactement semblable aux autres... C'est bien tout ce qui fait la richesse et la diversité de ce métier.

Schématiquement aprés une (voire deux quand on n'a pas un super cerveau, une super puissance de travail et également un peu de chance) année(s) de prépa et quatre années d'école vétérinaire "à mon époque" (Rho la vieilleheuuuu) et maintenant (je crois) deux années de prépa et cinq d'école, nous sortons tous vétérinaires, avec une culture généraliste, surtout fondée sur les animaux de compagnie (chiens et chats) plus ou moins agrémenté de connaissances plus ou moins solides sur les animaux de rente (= de ferme).
C'est en tous cas ce qui s'est passé pour moi [il est bien évident que je ne peux parler que de ma propre expérience.]
Lorsque j'étais à la vieille maison et lorsque j'en suis sortie, je croyais trés naïvement que jamais je ne soignerais une vache de ma vie.
L'été qui a suivi ma sortie de la vieille maison, j'ai trié tous mes cours. Mon frère vivait déjà loin, ma soeur un peu plus prés mais plus dans la maison familiale, mon père était jury d'un examen parisien et ma mère vivait un rude été au chevet de son frère dans le coma.
Et moi seule dans la maison familiale.
Je m'étais installée sur le tapis de la salle à manger, j'avais tout sorti et je relisais des trucs, faisant deux tas, ce que je gardais à droite, ce que je jetais dans la corbeille.
Le chien étalé au milieu. Et ça me faisait rire, cette manie d'occuper la place. C'est ce qu'on appelle une "prérogative de dominant" : se mettre à un endroit d'où on puisse contrôler tous les déplacements. Ce n'est pas souhaitable dans l'absolu pour un chien de compagnie. Mais il avait trois ans [donc son caractère était grosso modo "fait"], on avait déjà vécu pas mal de choses ensembles. Il savait jusqu'où il pouvait aller, à quel point il pouvait me narguer, comment m'entortiller et quand il valait mieux filer doux. Je savais quelle place il avait dans ma vie, je savais déjà confusément qu'il occupait beaucoup trop de place dans mon coeur, et je savais à quel plan le maintenir dans "notre" hiérarchie "familiale".
Bref, cet été là, j'ai jeté quasiment tous mes cours de pathologie du bétail. Et je l'ai regretté aprés, bien sûr.

Ensuite j'ai commencé à travailler.
Schématiquement je suis ce qu'on appelle un véto "canin" : je travaille en ville ou en milieu semi rural, plutôt sur des chiens et chats et petits animaux de compagnie tels que furets, lapins, cobayes, hamsters. J'ai déjà travaillé autrement, j'y reviendrai.
La journée d'un véto canin ?

Arrivée à la clinique entre 8 et 9 heures selon les endroits.
C'est plus ou moins le rusch : entrée d'animaux à hospitaliser, ménage, soins des animaux hospitalisés ou des urgences de la nuit, ou des urgences du matin.
Si tout va bien, on commence les chirurgies direct.
Si ça va moins bien, il faut examiner les animaux de la nuit ou de la veille.

Si ça va pas du tout bien, il faut passer pas mal de temps avec les animaux de la nuit ou de la veille.
Faire une prise de sang à l'un, s'interroger sur le cas de l'autre (J'y comprends rien.... Qu'est-ce que j'ai raté ? Pourquoi il a de la fièvre / à remplacer au choix par "pourquoi il vomit" / "pourquoi il a du sang dans les selles" / "pourquoi il a du sang dans les urines" / ou pas mal d'autres choses...) malgrés le traitement), le reexaminer en essayant de trouver ce qui a échappé, ce à quoi on n'a pas pensé)....
Ensuite on passe en chirurgie.
Généralement c'est du courant : stérilisation de convenance de chats, de chiens, détartrages. Abcés de chats.
Parfois des trucs moins courants : chirurgie de vessie, d'intestins, sur les yeux ou les oreilles... Personnellement je n'ai jamais été attirée par les réparations de fracture, donc je ne fais pas d'osseuse (tant qu'à faire, je préférais le mécano de mon enfance !), mais j'aime bien la chirurgie et notamment "trifouiller" dans les abdomens pour aller y chercher un corps étranger intestinal ou gastrique, suturer une vessie, retirer un abcés interne ou une tumeur.
Les césariennes c'est trés sale, parce qu'il est impossible de ne pas se retrouver avec des déversements de liquide amniotique partout (je rappelle humblement qu'un chien ou un chat peut "contenir" entre un - dans les cas rares - et une douzaine de chiots ou chatons chacun enfermé dans une petite poche rien qu'à lui avec sa bulle de liquide amniotique) mais trés sympa, les infections utérines un peu plus courant et sans la magie de la naissance.
(la suite plus avant.... Perdu deux pages de texte, argggg et au passage c'est complètement à cause des adaptations récentes d'overblog.... Parce que j'avais bien cliqué trés souvent sur "sauvegarde rapide" mais manifestement ça n'a point sauvegardé !!!)

Partager cet article

Repost 0
Published by Dragon d'eau - dans Boulot
commenter cet article

commentaires

Dragond'eau En Quelques Plumes

  • : un dragon entre deux eaux...
  • un dragon entre deux eaux...
  • : Un peu de tout, un peu de rien, beaucoup de moi !!!
  • Contact

J'aime Les Lire...