Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2007 4 01 /11 /novembre /2007 00:48
J'ai donc laissé passé une pause, je suis revenue au paraclub comme on avait dit : le samedi après midi, le plus tôt possible et j'ai prévenu une heure avant d'arriver (et vu les encombrements prévisibles et finalement inexistants sur l'autoroute j'étais un peu en avance).
J'ai fait deux sauts, un avec N..., un avec R...
Le premier saut était pas mal, pas à crier "venez voir" cependant.
Le second saut était fantastique. je me suis sentie présente. J'étais trés tendue avant de sortir de l'avion (comme d'hab, j'angoissais à l'idée des quelques instants où la porte est ouverte avant que ce ne soit mon tour de passer, j'avais peur d'avoir super froid) et puis sitôt passée la porte ça a été nickel. Je me sentais bien, j'avais froid mais rien de catastrophique. J'ai bien fait tous les exercices prévus, j'ai déclenché moi-même mon parachute à la bonne altitude.
Mais ?
Mais !

R...., au débriefing, me dit gentiment "Bon, je vais commencer par te gronder ! Qu'est-ce qu'on avait prévu pour ce saut ?"
Trou noir. Qu'est-ce qu'il m'avait dit avant le saut ?

En fait la préparation du saut a été un peu bousculée.
Après le premier saut, j'ai plié mon parachute aussi vite que possible mais ça ne se fait pas en deux minutes, surtout qu'un moniteur doit vérifier ce qu'on fait à deux moments différents et que la mise en "pod" (pour les non initiés, c'est un petit sac dans lequel la voile est comprimée à l'intèrieur du harnais) n'est pas si évidente que ça quand on n'a pas l'habitude — j'étais déjà contente d'y parvenir, la fois précédente j'y avais passé une heure et c'est finalement un moniteur qui l'avait fait pour moi —.
Je devais sauter avec N.... et puis celui-ci s'était "re" fait mal à la cheville qui était déjà fragile. Du coup R.... s'est retrouvé à devoir me prendre en charge sur l'avion N° 12 alors qu'il sautait déjà avec un autre élève sur l'avion N°11, ce qui vraiment ne lui laissait aucune marge : il lui fallait prévoir un second parachute (il a pris celui de Franck) car il n'aurait évidemment pas le temps de replier le sien. Il lui fallait prévoir de briefer mon saut avant l'avion N°11 (alors même que mon premier saut n'était pas débriefé). Il lui fallait prévoir d'atterir de son premier saut au point d'embarquement où on lui amènerait, donc, le second piège. Et on était en fin de journée, la météo laissant présager qu'on ne sauterait pas le lendemain. En plus mon précédent saut n'était pas débriefé.
L'avion N°11 se préparait déjà au moment où on s'est retrouvés tous les trois, N..., R.... et moi, au bar, à la vidéo, pour simultanément débriefer le saut n°3 et préparer le 4.

Durant cette phase, R.... a montré un peu de tension, disant "mais comment ça, elle n'a pas encore travaillé le retournement en l'air ? Mais ça il faut en bouffer à tous les sauts !"
N... a hésité un peu et R.... m'a dit "bon, écoute, on oublie le dernier saut, va te préparer, j'arrive, on prépare le prochain saut ensemble".
Je les ai laissés en pensant qu'ils avaient à discuter sans moi mais de moi et  je suis allée me préparer avec un peu des questions plein la tête.

Quelques minutes plus tard, Franck cherchait assez désespérément R et je l'ai aidé à le chercher, sans succés jusqu'à ce qu'il réapparaisse quelques minutes plus tard. Ensuite R.... m'a rejoint et m'a refait travailler le retournement en l'air. Il m'a dit d'abord que l'on sortirait sur le dos, que je me retournerais et que l'on commencerait ensuite les exercices. Puis il a changé d'idée : on sortirait classiquement, on aurait ainsi plus de temps pour travailler les exercices. Il m'avait déjà dit, je m'en suis souvenu plus tard, que la première partie du saut serait mienne, pour que je corrige ma position, et qu'ensuite il repasserait devant moi pour me faire faire des exercices. Il ne me l'a pas répété à cet instant
(Bon, ceci dit, il n'aurait pas dû avoir besoin de me le répéter...).
Il est parti sauter.


13-3.jpg

Photo Site de la fédération française de parachutisme



Je me suis préparée.
Je suis arrivée au poste de contrôle où Franck guettait les atterrissages des paras. J'en ai vu un arriver un peu lourdement mais ça ne m'a pas choquée. Il a atterri, ne s'est pas immédiatement  relevé et Franck est parti vers le hangar en appellant "C, C, tu peux aller sur le terrain avec la voiture ?"
C.... est arrivé, Franck lui a dit qu'un sauteur ne s'était pas relevé, de prendre la voiture et d'y aller et au dernier moment il lui a tendu sa radio "Tiens, tu me tiens au courant.".
Et puis il s'est occupé de nous, les sauteurs de l'avion N°12, de vérifier notre équipement. Professionnel jusqu'au bout, si l'on n'avait pas suivi les précédents développement, on n'aurait rien remarqué. Nous attendions encore au PC quand  C... a dit dans la radio "Oui, Franck, jambe gauche cassée" et Franck a repris la radio pour dire "OK, je vous envoie une ambulance."
Nous sommes allés sur le terrain au point d'embarquement et on ne voyait rien mais on se posait des questions. Une voile est arrivée sur nous, vite et fort (ou en tous cas c'est l'impression que ça donne et ça fait un peu rêver et c'est aussi assez impressionnant), et R.... a atterri à côté de nous, calme et souriant comme toujours. Un gars lui avait amené le second parachute avec la voiture.
Nous sommes montés dans l'avion. R.... a un peu râlé devant le manque d'organisation : Qui avait "fait" l'avion ? un tel sautant à 2200 m, ne devait pas s'installer à telle place ! D lui a expliqué en quelques mots l'accident et que du coup personne n'avait "fait" l'avion. R... a seulement répondu, OK, alors dites-moi ce qu'il y a dans cet avion, que je vous indique vos places. Moi je savais quelle était ma place et j'y étais déjà.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dragond'eau En Quelques Plumes

  • : un dragon entre deux eaux...
  • un dragon entre deux eaux...
  • : Un peu de tout, un peu de rien, beaucoup de moi !!!
  • Contact

J'aime Les Lire...