Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2007 4 22 /11 /novembre /2007 20:27
Je navigue une fois de plus sur dailymotion et youtube, je tombe sur  un chanteur que mon frère m'a fait découvrir à l'adolescence et du coup je pense à un autre et à un autre souvenir.
C'était quand, je devais avoir 15, 16 ou 17 ans.
Frangin sortait assez souvent avec Rendez-vous, son meilleur ami de l'époque.  Rendez-vous était un beau garçon sympa et moi j'aimais tellement les fois où ils m'emmenaient. Bien sûr j'étais mal dégrossie, pas intéressante... Donc le plaisir était pour moi et la corvée pour eux. N'empêche qu'ils m'ont emmenée quelques fois.
Cette année-là, Rendez-vous m'avait prêté une cassette audio de Christy Moore. Il revenait d'Irlande. Je l'ai aimée cette cassette, je l'ai tellement aimée. J'en ai fait des tas de double et bien sûr, avec le temps, tous se sont égarés ou abimés.
Et ce qu'il y a de terrible c'est qu'aujourd'hui je n'ai même plus aucune idée du titre des chansons ou même de l'époque où elles sont parues.
Et quand j'essaie d'écouter des chansons de Christy Moore, je ne retrouve absolument pas mes chansons. Celle-ci par exemple, elle me rappelle "presque" une de mes chansons préférées. Presque seulement.

 


Je suppose qu'elles sont destinées à rester un coin  d'adolescence à jamais préservée et tout autant perdue dans mon coeur et dans ma tête.
Il y a quelques mois, en une occasion trés triste, nous avons retrouvé un grand nombre de ces amis d'adolescence qui étaient surtout ceux de frangin et qui étaient un tout petit peu les miens parce que j'étais mal dégrossie, un peu sauvage et solitaire et que je trainais aprés Frangin.
Et moi, j'étais partagée entre ce moment de tristesse et de tendresse et le fait que je devais rejoindre mon amant, Chercheur, pour une parenthèse volée à son quotidien comme au mien. J'avais une heure de métro pour récupérer la voiture, mon gros sac de campeur avec moi, plusieurs heures de route devant moi avant de retrouver Chercheur. Le matin même, ma soeur avait laissé mon portable dans une voiture de taxi et curieusement, je n'avais même pas crisé. Lorsqu'elle avait réalisé cet oubli et me l'avais dit, étaient venus à mon cerveau le fait que tous mes contacts professionnels étaient sur mon portable, que tous connaissaient mon numéro de portable quasi exclusivement, que j'en avais besoin sur la route, que ça allait me coûter affreusement cher de faire résilier l'abonnement dans ces conditions (c'est en tous cas ce qui s'était passé pour maman dans un cas similaire) et surtout, le fait que le numéro de portable de Chercheur était en mémoire dans le mien — de portable — et que je ne l'avais nulle part ailleurs et ne pouvais pas le retrouver.. Et puis, pfffft, tout ça s'était envolé, à chaque problème ses solutions, on verrait bien déjà si le portable se retrouvait ou pas quand on (et c'était Frangine et les parents qui avaient pris note) pourrait contacter la compagnie de taxis. J'avais réalisé subitement (et malheureusement fugitivement) que l'essentiel était ailleurs. J'avais beaucoup pleuré durant la cérémonie, j'avais pris dans mes bras deux petits garçons tristes que tout le monde avait oublié alors que tout le monde, au contraire, aurait dû penser à eux en premier.
Et au final, moi, je n'allais pas si mal que ça.  Il me semblait (comme il me semble toujours) qu'aller retrouver Chercheur, c'était la vie même et que  la jeune femme qui venait de nous quitter ne m'en aurait pas voulu, au contraire je pense. 

J'ai embrassé trés vite mes parents, Frangine, Frangin, les cousins, et j'allais me sauver, vite, mais je suis tombée sur Rendez-vous en même temps que sur un autre revenant de ce passé, C, que j'avais beaucoup apprécié à cette époque-là. Si je me souvenais, oh, tellement bien de lui, j'ai eu un trou sur son prénom un instant, et maladroitement lui ai dit.  Et il s'est détourné, vexé, avant même que je ne puisse corriger ma maladresse et lui dire que si j'avais, un instant, perdu son prénom, je n'avais pas oublié la vraie tendresse que je ressentais pour lui à l'époque.
Et ça m'a refroidie, ce qui fait que je ne lui ai pas "couru aprés", d'autant qu'à cet instant je me suis retrouvée face à Rendez-vous.  Rendez-vous toujours mince comme un fil, toujours ce regard sombre et intense, les cheveux maintenant grisonnants mais ça lui allait bien, et il me regardait intensément avec comme de la timidité, comme s'il me reconnaissait sans me retrouver ou me retrouvait sans me reconnaître. Spontanément, nous nous sommes étreints et embrassés, brièvement, chaleureusement, nous avons échangé quelques mots et il m'a dit qu'il me trouvait changée, que j'étais rayonnante.

J'ai gardé dans mon coeur, tout au long de cet autoroute qui me menait à Chercheur pour quelques trop brèves heures de plaisir, et depuis, ce compliment spontané, merveilleux, de l'homme dont adolescente j'étais confusément, tristement, silencieusement et avec beaucoup de maladresse,  un peu amoureuse.

Et si ce souvenir tendre et précieux est remonté à la surface de ma mémoire, les musiques que Rendez-vous m'avait fait connaître, elles, y restent scrupuleusement enfouies...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sophie 23/11/2007 20:19

C'est bizarre la mémoire...Lors du déménagement, j'ai retrouvé un journal intime écrit lorsque j'avais 14-15 ans...c'est fou, les souvenirs qui me sont revenus en mémoire, et lire ce que je pensais de moi à ce moment là est assez bizarre...

Dragon d'eau 23/11/2007 23:50

Il est vrai que lorsqu'on commence à dévider le fil des souvenirs on ne saits jamais trés bien où l'on va être conduit...Merci de vos commentaires, les filles, c'est sympa !

Spierre 23/11/2007 18:15

Ah... les cassettes prêtées par les garçons... toute une histoire ! (et que de souvenirs)

Dragond'eau En Quelques Plumes

  • : un dragon entre deux eaux...
  • un dragon entre deux eaux...
  • : Un peu de tout, un peu de rien, beaucoup de moi !!!
  • Contact

J'aime Les Lire...