Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2007 2 27 /11 /novembre /2007 00:09
Toujours parmi les anecdotes se rapportant à des cadeaux offerts par les clients : le premier, celui qui m’a tellement surpris que je l’ai laissé à quelqu’un d’autre.
C’était mon tout premier job, dans une clinique du sud de la France. C’était très bien dans le sens où la clinique était très bien équipée, les ASV hyper compétentes.
En revanche le véto était un peu esclave de sa clientèle à plusieurs points de vue. Et puis lui et moi ça faisait des étincelles. Il me parlait d’une façon qui, je ne sais plus exactement pourquoi, m’ulcérait et me faisait lui répondre de façon désagréable, ce qui à chaque fois, me surprenait moi-même et me rendait un peu honteuse. Je ne comprenais pas ce qui se passait, j'étais à chaque fois prise par surprise ce qui fait que je me "faisais toujours avoir" malgrés un honnête désir de garder mon sang froid, mais les faits étaient là.
Je ne sais plus si c’est pour cela qu’il m’avait dit ne pas souhaiter m’engager aprés ma pèriode d’essai, il me semble aussi que je n'étais pas tout  à fait assez expérimentée et puis je ne "faisais pas" la rurale.
Bref, je devais quitter la clinique deux jours aprés. Ce dimanche-là j’ai vu le chien d’un jeune couple en garde, pour une intox aux anticoagulants. C’était simple à diagnostiquer et à traiter, ils étaient sympas. Ils sont repassés deux jours aprés me donner des nouvelles, on a bavardé un peu et ils m’ont offert des chocolats, une boite de bouchées pralinées au lait (justement ce que j’aime).
Et bêtement je les ai laissés à la clinique en partant. Je l’ai regretté tout de suite.
Je l’ai fait parce que je ne voulais pas paraître matérialiste. J’ai fait comme si la boite avait été offerte à la clinique mais en fait c’est bien à moi qu’elle avait été offerte et c’était mon premier présent.

Un autre qui m’a fait particulièrement plaisir parce que j’ai eu le sentiment de l’avoir « bien mérité » :  Il y a plusieurs années, en rempla en région parisienne, je vois arriver une fin d'aprés midi, une femme assez jeune, sa fille et le compagnon de celle-ci qui devaient avoir à vue de nez la bonne vingtaine d’année, et une femelle husky couchée sur le couvercle d’un contener à ordure. La chienne en dyspnée (difficulté respiratoire) et fort mal en point, et la famille essoufflée car ils avaient couru pour me l’amener au plus vite. C’était assez rocambolesque. J’examine la chienne, je ne voyais pas trop l’origine de son état. Je prélève du sang, fait une radio, met sous perf, le tout en pensant qu’elle allait me claquer un arrêt cardiaque sur la table. (Et si je craignais réellement ça, l’aurait mieux valu que je laisse tomber la radio en première intention mais j’étais jeune et inexpérimentée…)
Finalement la chienne atterrit en cage.
Et moi j'ai passé la nuit devant la cage, sur des coussins dans ma couette, deux bouillottes collées contre le ventre. J’étais glacée (la fatigue, le stress et par malchance les crampes d’estomac dues à certaine période du mois…) et cette stupide bestiole grondait dés que je la regardais et lui parlais. Une sale nuit, donc, dont j’ai émergé au matin un peu comme l’on se réveille d’un cauchemar…
Mais ce matin-là, elle allait tellement mieux qu’elle est rentrée chez elle. Et l’aprés midi la dame m’amenait des fleurs magnifiques.

L’un des plus récents, enfin, (quoique tout de même antèrieur aux orchidées) : Il y a quelques mois, j’hospitalisais un chat femelle de cinq ans pas bien.
La propriétaire m’a dit que, deux jours plus tôt, le chat était rentré très tôt le matin, à 5 heures pour être exact, pas bien, et avait uriné du sang sous se yeux.

Inquiète, la dame avait réveillé son vétérinaire traitant qui avait râlé qu’il ne s’agissait pas d’une urgence (ce qui, vu de l’extérieur, n’était à mon sens ni faux car la bestiole avait un RÉEL problème de santé, ni tout à fait vrai car elle aurait "peut-être" pu attendre l'ouverture de la clinique… Mais passons.), avait à peine examiné la bestiole (d’aprés la propriétaire, bien évidemment ) et diagnostiqué une cystite.
Deux jours aprés, la chatte n’allait pas mieux du tout et la dame voulait voir un autre vétérinaire que « celui-là ».
J’examine la bestiole amorphe, un peu déshydratée, un peu fiévreuse, palpation abdominale pâteuse et ne donnant pas de renseignements. J’explique à la dame que je vais l’hospitaliser, la perfuser et vérifier si sa vessie ne s’est pas perforée, soit en conséquence de la cystite (quoiqu’au demeurant cette hypothèse soit fort peu probable mais on ne sait jamais), soit lors d’un traumatisme.
Dans la journée, le diagnostic de rupture de vessie devient évident.

Le soir je l’opère entre 19 et 21 heures. L’opération se passe bien.  Après l’opé, la vessie ressemblait à une minuscule fleur de chou-fleur pleine de bleus, complètement déformée par les plaies, les sutures et les saignements. En regardant ça, je grimaçais un peu… Mais vu le nombre de plaies (trois grandes sur une minuscule vessie de chat), il paraissait impossible de faire mieux et les sutures étaient étanches.
Le lendemain, le chat était faible mais nous nous sommes toutes (deux ASV et moi)  réjouies de trouver de l’urine sur sa serviette. Le soir, ses maîtres tout heureux venaient la voir. Ensuite c’est un autre vétérinaire qui s’est  occupé d’elle : c’est comme ça, les remplacements, on ne « suit » pas les animaux, le plus souvent…
La semaine suivante, Cristalline, l’ASV, m’appelait pour me dire que les gens m’avaient amené un présent. Je suis allée le récupérer. Il s’agissait d’une corbeille pleine de chocolats (j’ai mis des semaines à les terminer) avec une petite carte très gentille.

Raconté comme ça, on pourrait croire que nous recevons souvent des présents… Mais c’est plutôt qu’en recevoir fait tellement plaisir qu’on ne peut que s’en souvenir !

Partager cet article

Repost 0
Published by Dragon d'eau - dans Boulot
commenter cet article

commentaires

Anthony 28/11/2007 08:18

C'est clair qu'on ne reçoit pas sovent des cadeaux...tant qu'on est pas associé en tous cas!
Je me souviens particulièrement bien d'un cadeau: il y a quelques années en garde à Paris, je reçois un chat qui se trouve avoir un épanchement pleural. Après le discours habituel et les 1ers résultats d'analyse, j'annonce aux gens que le pronostic est très réservé. Au fil de la discussion, une complicité s'installe et je dis que si je le sors de là, ils peuvent m'offrir une forêt noire (le gateau bien sûr). Revenu quelques jours plus tard, j'apprends que le chat est sorti d'affaire et je trouve mon gateau sur la table de la cuisine, apporté par les mêmes clients. Sauf qu'il y a peut être eu incompréhension (oui, je devais être très naïf à l'époque...on va dire ça) car j'ai eu mon gateau mais ils n'ont jamais rien payé à la clinique...et le chat m'a gravé son cadeau perso à vie dans le poignet gauche. De quoi se souvenir de certaines leçons!

steuf42 27/11/2007 22:23

c'est clair!
je suis même pas encore véto...mais j'ai déjà reçu un cadeau, un joli p'tit chat fait main par une petite fille qui était venue faire un stage pendant les grandes vacances dans la clinique où je remplaçais l'ASV...
beh mon p'tit chat...je l'ai toujours avec moi...il me surveille quand je révise, sur mon bureau

Dragon d'eau 27/11/2007 23:26

C'est mignon ;)

Dragond'eau En Quelques Plumes

  • : un dragon entre deux eaux...
  • un dragon entre deux eaux...
  • : Un peu de tout, un peu de rien, beaucoup de moi !!!
  • Contact

J'aime Les Lire...