Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2008 6 13 /09 /septembre /2008 00:01

Que voila de bien grands et beaux mots, n'est-ce pas ? je n'ai pas trouvé "mieux" comme titre...

Je faisais partie, jusqu'à il y a peu, d'un forum, sur lequel il y a eu un grand chambardement (revente du site par son administrateur, élimination de membres n'allant pas dans le sens de la voix populaire, lynchages en règle...) Dans tous cela, la valeur informative du forum a quasiment disparu, ce qui était évidemment très choquant pour ceux qui y avaient consacrés temps, énergie, dévouement désintéressé. Les dissidents se sont réfugiés sur un forum auto créé où ils discutent à perte de clavier, se sentent trahis, trompés.
ça me laisse rêveuse.

Image prise ici.

On est sur le net, terrain virtuel s'il en est.. Même moi (ou "surtout moi" ?)  qui y passe un temps fou, je sais et je me rappelle souvent que c'est du virtuel. Que seules comptent la réalité, la vraie chaleur humaine. Les regards, les gestes, la présence vraie. D'où le titre...

Quand j'entre dans ce type de réflexion, je repense toujours à un moment de mon existence qui s'il ne m'a absolument pas traumatisée (ou alors je l'ai enfoui profond profond le dit-traumatisme), m'a marquée. En "bien", bien plus que toute autre chose.

Ce jour là, nous sommes allés, avec Vendeur et Marin, plonger. Plongée  dans le cadre du club, à 40 mètres, moi niveau 2, Vendeur MF1 et Marin Niveau 4. C'était de la ballade, détente. Vendeur emmenait un objet destiné à agrémenter le fond du lac.
A quarante-deux mètres on s'est stabilisés et Vendeur a commencé à lester et caler la "décoration". Il faisait sombre et j'ai narcosé, tout s'est mis à tourner tout autour de moi. J'ai essayé  de gérer puis j'ai prévenu Marin d'un geste et il m'a attrapée et a fait signe à Vendeur qu'on devait remonter.

Durant les quelques instants qui ont suivi, mon détendeur s'est mis à fuir -- j'aspirais de l'eau à chaque respiration. Tout tournait, j'ai commencé à avoir peur, à être essoufflée, je respirais frénétiquement et à chaque aspiration, moitié eau, moitié air, je m'essoufflais de plus en plus.
Marin a commencé une remontée assistée sur moi -- il me tenait et gérait notre vitesse de remontée qui ne devait pas être trop rapide. "Pas trop rapide" en plongée, c'est maximum 15 mètres par minutes. Soit prés de trois minutes pour parvenir enfin  de 42 mètres à la surface.
Trois minutes c'est trés long.
Durant cette remontée où je n'avais rien à faire que tenter de respirer, j'avais tellement de mal à cela que je me demandais si j'arriverais en haut   et  je me disais que tout de même ce serait c-n pour Marin qui se donnait du mal pour tenter de me tirer d'affaire.  Et je m'accrochais à lui. Il me regardait derrière son masque, il me regardait avec beaucoup de chaleur, rassurant, me souriait, me  faisant signe de m'accrocher, de respirer, qu'il était là. Dés que mon regard le quittait, il tapotait mon masque, me faisant signe "regarde moi, ça va aller, on va vers la surface."
Une fois sortis, il a été trés gentil et Vendeur m'a engueulée. Je ne sais plus du tout pourquoi exactement -- il y avait forcément une raison -- il estimait que j'avais m....dé.

J'ai jamais oublié  ou plutôt, si :  j'ai oublié la peur, la sensation un peu flippante de se demander si on va arriver à la surface, j'ai conservé le souvenir du réconfort apporté par Marin. J'y repense de temps en temps. Marin  a déménagé, je l'ai perdu  de vue. Je repense quand même assez souvent à cette présence rassurante, qui a été pour beaucoup dans le fait que rien n'ait mal tourné.

Alors les gens qui se masturbent intellectuellement sur le net.... Je me demande souvent s'ils n'ont donc RIEN vécu qui leur ait appris qu'il faut dépasser les écrans, sortir du virtuel. Passer à la vraie vie, aux vrais contacts, à la vraie chaleur.
C'est sûr, c'est pas toujours facile. Moi aussi j'ai du mal. Sans vouloir être moralisatrice ou quoi que ce soit. Mais la vraie vie c'est pas sur le net, pas sur les fora.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Little Louise 29/09/2009 16:33


C'est vrai que ces regards sous l'eau quand ça va pas trop ont quelque chose de magique... j'oublierai jamais les yeux de Guillaume, mon partenaire de passage de niveau un, quand j'ai dû simuler un
essouflement. On avait beau être dans une piscine, à cinq mètres de profondeur, c'était énorme...


Dragond'eau En Quelques Plumes

  • : un dragon entre deux eaux...
  • un dragon entre deux eaux...
  • : Un peu de tout, un peu de rien, beaucoup de moi !!!
  • Contact

J'aime Les Lire...