Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2009 4 19 /02 /février /2009 20:51

Si, si, je le jure, j'aime les gosses (je précise au passage que pour moi l'appellation "gosses" est  amicale)... D'ailleurs, je l'ai déjà dit, et puis même la nouvelle assistante du Dr K l'avait remarqué.

Mais des fois, il faut s'accrocher.


Mercredi = jour où les gens viennent avec leurs enfants et pour certains leurs petits enfants.

Et aujourd'hui qui n'est pas aujourd'hui parce que je poste toujours en décalé, je travaille justement "chez les fous", une clinique très fréquentée et qui travaille en consultations sans rendez-vous. Y'a des fous partout mais des  fois il faut vraiment être fou pour faire certains trucs, enfin, moi c'qu'j'en dis, hein... 
Chaque fois que je sors de ma salle de consultation —  j'ai bien envisagé d'y rester cloîtrée mais, non, pas moyen — , j'ai des gens partout, des chiens partout, des paniers avec des chats dedans dans tous les coins. Dans la salle d'attente un chien chougne, gémit, pleurniche, aboie et gronde en alternance. Ayant repéré de quelle race il est, je regarde où est son dossier dans la pile. Ouffffffffffff, j'en ai encore pour un moment à ce qu'il me casse les oreilles. Et aujourd'hui, on rajoute des gosses de tous âges, là aussi partout. Et plus ou moins patients, aussi.


Une dame au comptoir est en train d'acheter des vermifuges ["Alors.... Minou pèse 4 kg, Rex doit en faire 20, Sultan, voyons, vous n'auriez pas son poids dans l'ordinateur ? Et est-ce que je prends pour Belle, c'est la chienne de mes parents ? Mais dans ce cas, il y aurait aussi Mistigris et Noiraux...."] a laissé passer derrière celui-ci une loupiotte adorable qui marche à peine et trifouille les placards. Tiphaine la secrétaire signale à la maman que sa fille risque de se pincer les doigts dans les portes et me dit après qu'elle a  été à deux doigts de ramasser la gosse et de la recoller dans les bras de sa mère en lui demandant de s'en occuper un peu.

C'est pas qu'on ne soit pas gentilles mais qui est-ce qui va se sentir coupable si la gosse se fait mal dans nos placards ?

Je fais rentrer en consultation une dame nantie d'un teckel vieux comme Mathusalem au bide énorme et de deux brûnettes plutôt jolies. La plus grande des deux, j'ai déjà cru dix fois qu'elle était avec des clients que je faisais rentrer, parce qu'elle était tout le temps avec un animal différent.
Sitôt rentrée dans la salle de consult avec sa maman, sa soeur et son chien, elle se met sentencieusement en devoir de m'expliquer qu'elle espère que ce ne sera pas comme la dernière fois, dont elle garde un mauvais souvenir parce que son chien avait reçu une piqure.

Ah. J'y sens pas trop, là, si ça commence comme ça. L'ennui, mon petit, c'est que les vétérinaires ont fâcheusement tendance à faire des piqures aux animaux. Je la rassure gentiment : si je peux, je ne ferai pas de piqure (ce n'est guère qu'un demi mensonge) et puis si nécessaire et si elle le veut, elle pourra sortir durant les injections.

Je fais mettre le chien sur la table et commence à discuter avec la dame des troubles présentés. La plus petite des deux filles est relativement sage et silencieuse, l'autre m'interrompt régulièrement et m'entretient de sa passion pour les chevaux d'un docte ton qui laisse penser que c'est elle qui a des choses à m'enseigner sur le sujet. Au début je lui réponds gentiment, en entrant dans son jeu mais j'aimerais bien qu'elle me laisse un peu travailler


La maman et moi-même essayons de garder le fil du sujet, elle en tentant régulièrement et sans succés de faire taire sa  progéniture, moi, en revenant patiemment ou aussi patiemment que possible sans cesse à ce qui me préoccupe, soit la santé du toutou. Parce que si, moi, je devais dire quoi que ce soit à la petite pour la faire taire, je peux vous dire qu'elle se tairait mais ça risquerait de mal passer.

Je pose la capsule de mon stétho sur la face latérale du thorax, juste en arrière de la patte avant gauche de l'animal
L'ainée des deux petites  —  "Comment vous savez où est le coeur ?"
Moi —  "Parce qu'il est toujours au même endroit, sur tous les chiens et les chats".
—  "Et comment on sait qu'un animal est cardiaque."
— Moi, à la petite, gentiment "Hé bien, entre autres lorsque l'on entend des anomalies en écoutant le coeur" et à la maman "et à ce sujet, votre chien, justement, présente des anomalies de l'auscultation, un souffle cardiaque, trés précisément."
J'explique schématiquement le mécanisme de l'insuffisance cardiaque par pathologie valvulaire tandis que la gosse pour l'instant se tait (mais c'est pas mieux elle commence à jouer en tournoyant dans la pièce avec sa soeur, dans quelques instants elles vont tomber et se faire mal et c'est franchement pas trés glop pour le teckel qui aurait bien besoin de calme et de tranquillité. Je suis partagée entre agacement, scredioune, encore une fois c'est quand même pas à moi de les faire tenir tranquilles et puis je ne la trouve pas trés sympathique cette gosse au comportement arrogant et compréhension, elles ont attendu longtemps...).

La mère les apostrophe, quant à moi je reviens patiemment une fois de plus au sujet et  propose un bilan sanguin (ce ventre de chien me parait plein de liquide.... Ascite d'origine cardiaque ou hépatique ou .... ?)

—  "C'est maintenant que vous lui faites une piqure ?" interrompt la gosse tandis que la mère m'explique qu'elle tient beaucoup à son chien mais qu'il est âgé et elle voudrait un devis. Donc, non, c'est pas maintenant la piqure, je vais aller regarder les tarifs, hein...


Le devis réalisé, la mère accepte le bilan sanguin, la gosse décide d'aller attendre dans le couloir. En sortant, elle éteint la lumière des spots et disputée par sa mère, le plafonnier en voulant rallumer les spots. Elle rembarre sa mère d'un "Je ne l'ai pas fait exprès !" péremptoire ["Ben fallait faire exprès de ne pas le faire" me dis-je une fois de plus partagée entre rire et agacement  --   et soit dit en passant j'aimerais pas qu'une gosse me parle sur ce ton là]

Quelques instants après lorsque je sors pour aller chercher mes tubes à prélèvements, elle est juste derrière la porte et je manque la renverser.
— "C'est fini ?"
Euh, non, je t'explique, c'est pas encore commencé... Je peux travailler tranquille un p'tit peu ??

Si, si, je vous jure, j'adore les gosses....Image trouvée ici.


Partager cet article

Repost 0
Published by Dragon d'eau - dans Boulot
commenter cet article

commentaires

loriane 22/02/2009 08:58

moi un jour j'ai pas pu m'empêcher : une mère démissionnaire se contentant de "bastien, ne touche pas ci" (la seringue du vaccin), "je t'ai dit de ne pas toucher ça chéri" (l'ordinateur) 50 fois, Bastien ayant 7 ans donc LARGEMENT l'âge de comprendre, je suis intervenu avec une voix douce et ferme ("non, ça c'est dangereux donc tu ne touche pas") et surtout un regard qui tue (pas vu par la mère!) qui a été parfaitement compris par ce cher Bastien... Il a fuit en salle d'attente, ce sont les ASV qui ont du faire face mais depuis, il ne vient plus me mettre le boxon en consult! sale gosse!pour finir sur une note cool, ily a aussi les gamins adorables qui te posent des questions intelligentes, qui boivent tes paroles et qui prennent visiblement très à coeur la santé de leur animal : en général, ceux-là, je me fait plaisir en m'adressant souvent à eux, pour bien leur montrer que j'ai compris que malgé leur âge, ils sont autant le maître de la bestiole que le papa ou la maman accompagnant.

Heikuranui 20/02/2009 20:19

Bonjour Dragon d'eau!je viens faire un tour de temps en temps sur ton blog, et ce post m'a bien fait marrer! Je crois qu'on est nombreux(-ses) a "appréhender" ces mercredis avec les enfants. Je me rappelle d'un consultation avec une gamine (rien de péjo non plus ds ce terme) de 8-10 ans, en tenue d'équitation (tiens?!) avec son papa et son Rott : "et mon chien ceci, et patati, et tu fais quoi, et patata... et que je te tripote le stétho, les seringues (pas les tampons, ouf!) etc... sans bien sûr que le papa cool ne dise rien. Arrivés au bureau pour remplir le carnet de santé, elle attrape la paire de ciseaux et me demande "c'est pour quoi faire, ça?", et je réponds très sérieusement "c'est pour couper la langue des petites filles qui parlent trop" "...". Je me marrais intérieurement, et le papa sympa lui a dit "ha, elle t'a bien eue là"...Ca a été un très bon moment! Maintenant, j'ai tout un stock de réparties pour calmer les gosses sans vexer les parents (tout un art!)Bonne continuation en tout cas!

Dragon d'eau 20/02/2009 22:04


bienvenue et merci pour ton passage !


bellelurette 20/02/2009 13:30

Sont terribles ces gosses, surtout quand les mères ne savent pas les tenir ! Je ne vais jamais faire mes courses le mercredi... pas de piscine non plus, etc...Si un jour tu va au Québec, ne dis pas "j'aime les gosses" ou "j'aime pas les gosses"... car là-bas, les gosses, ce sont les coucougnettes !!! Tu m'as compris ?

Dragon d'eau 20/02/2009 22:01


Voui, je t'ai comprise ... Mais, heum, comment dire... Je ne déteste pas non plus les gosses à la québecoise
Merci pour le clin d'oeil culture du jour !!!


Dragond'eau En Quelques Plumes

  • : un dragon entre deux eaux...
  • un dragon entre deux eaux...
  • : Un peu de tout, un peu de rien, beaucoup de moi !!!
  • Contact

J'aime Les Lire...