Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 20:46
Ce matin, Naïade l'ASV du Dr Kprime (qui est logiquement l'époux du Dr K) et moi, en train de regarder le planning, à mon arrivée (en retard, comme d'habitude, comme si je ne pouvais pas intégrer qu'il me faut plus d'un quart d'heure pour traverser la moitié de L en voiture, faire trente km d'autoroute et traverser la moitié de R....).

Naïade "Donc, à 9 H, un lapinje ne sais plus pourquoi la dame vient. 9 H 15, une euthaanisiee de chienne malade depuis des mois. 9 H 30, un chat au bout du rouleau...."
Moi "Deux euthaa coup sur coup ? Ben ça va être joyeux, ça !"
Naïade, un peu embêtée "Euh.... le chat, j'ai dit ça à cause de ce que la dame me décrivait au téléphone... Sinon je ne sais pas pourquoi elle vient. On a vu le chat l'autre jour avec le Dr Kprime, il a une hépatite"

Coup d'oeil sur le dossier que le Dr Kprime  a complété, sur les résultats de prise de sang, pourtant pas catastrophiques, l'âge du chat, huit ans, bon.


À 9 H 30 (ayant donc euthaanasiée une première chienne, ce dont vous vous souvenez certainement  qu'il ne s'agit pas d'une de mes missions préférées)  je fais donc entrer une jeune femme blonde toute simple et fort jolie nantie d'une boite à chat, d'un couffin dans lequel dort très profondément un très jeune bébé et d'un petit garçon entre un et deux ans à vue de nez.
Le couffin est soigneusement posé sur une chaise et la boite sur la table.


J'en extrais sans difficulté Minet un grand, grassouillet comme beaucoup,  et beau chat roux tabby.
Digression : Les vétos aiment les animaux — au moins au début de leur carrière — mais les animaux ne les aiment généralement pas. Tout chat connaissant le vétérinaire et normalement constitué est donc dès son arrivée dans nos locaux fermement  opposé à toute sortie de sa boite. Il faut donc souvent pratiquer ce que je surnomme "l'extraction aux forceps" : une personne prend la peau du cou et tire lentement mais surement et sans se laisser amadouer par la résistance tandis qu'une autre retient la cage. Il faut généralement soit retirer complètement la porte soit passer sa seconde main à l'intèrieur pour retirer la patte arrière qui dans une dernière  tentative désespérée d'échappatoire est coincée derrière la dite porte.
À raconter ça comme ça, je ne vais pas me faire des amis parmi les vétos spécialistes des chats dont je suis sûre qu'ils sont bien plus doués que moi pour inspirer confiance aux chats et les faire sortir de leur cage. Tant pis j'assume.


Tout ça pour dire que lorsque Minet tenu par la peau du cou se laisse aller sur la table comme un sac de patates, une petite alarme interne "oh oh, chat pas bien du tout" se déclenche.

Minet sur la table reste couché en décubitus sterno abdominal, les yeux  haves et creusés, inerte. Le pli de peau soulevé pour estimer le degrés d'hydratation reste en l'air, ses muqueuses oculaires et buccales sont oranges (orange = rouge donc déshydratation  + jaune dû à l'hépatite) et sèches. Au bout de quelques instants il tourne très lentement la tête pour regarder tout autour de lui et pousse sans raison évidente une série de miaulements très sonores, lents, égarés, plaintifs, déchirants. LE style de miaulements que tous les confrères-consoeurs reconnaîtront et qui déclenche la deuxième alarme interne "chat agonisant".

La dame a posé son fils sur la table, elle le tient
et le cajole d'une main tout en caressant Minet de l'autre et attend patiemment que je termine mon examen clinique. Elle vient de m'apprendre que Minet n'avait rien mangé du week-end et qu'il avait vomi noir ce matin. Noir.

Bon, bon, bon. Autant y'a des fois où on n'est pas sûr, autant là, il va falloir être clair...
Mon thermomètre électronique sonne, le résultat est celui que j'attendais et délibérément je prends une mine sombre en le reposant "Sa température est infèrieure à 32 °C".
— "Ce n'est pas bon ?" me demande-t-elle en se décomposant.
— "C'est malheureusement très mauvais...."
Elle éclate en sanglots tandis que je commence à parler. Au bout de quelques minutes, une décision d'euthaanisiee est logiquement prise — elle s'y attendait... Je lui dis fermement qu'elle ne peut pas assister à l'acte étant donné la présence de ses enfants et elle en convient mais souhaite bien évidemment rester auprès de Minet tandis que Naïade prépare les documents nécessaires. Elle pleure et cajole toujours son chat d'une main, de l'autre le petit garçon qui pose des questions en deux mots que je ne comprends pas et auquel elle dit que Minet va rester chez nous.

Oh, ce regard lourdement accusateur sur moi (la dame méchante qui fait pleurer maman !), oh, cette petite main potelée posée sur la tête de Minet.
—  "Vous savez, madame, je ne suis pas experte en ces domaines, mais votre petit bonhomme perçoit pas mal de choses sur ce qui s'est produit aujourd'hui. Il me parait recommandé de contacter un professionnel, peut-être le pédiatre, pour voir comment lui expliquer ce qui s'est passé."

C'est vrai, quoi. J'y connais rien en gosses, je ne sais pas ce qu'ils retiennent à cette âge, mais si ce petit gars en garde des souvenirs, il retiendra que le vétérinaire est une dame qui malgrès sa 
voix douce (que même on dirait une voix de gamine mais chut ne le dites à personne) fait pleurer maman et chez qui on laisse Minet et après on ne le revoit jamais. En voilà un qui est perdu pour la Profession. À la base on est quand même là pour soigner, donc bon.

Et puis d'ici qu'une analogie se fasse entre le docteur pour les animaux et le docteur pour les enfants, bonjour l'ambiance lors des futurs séances de vaccination et je ne parle pas d'une éventuelle hospitalisation.
Donc je recommande toujours, lorsque les petits ont assisté à ce genre de consultation, de prendre bien garde à eux. L'idéal serait bien évidemment, enfin, je suppose, d'éviter leur présence en certaines circonstances (mais ça dépend aussi de leur âge, de leur maturité et de leurs désirs en la matière lorsqu'ils sont plus âgés.)


Quelques minutes plus tard, je raccompagne la dame à sa voiture ; elle aide le petit gars à descendre les marches, le couffin, le bébé toujours endormi, dans l'autre main. Moi j'ai la boite vide, j'aurais préféré le couffin.
Elle me remercie, je n'ose pas lui souhaiter de bonnes fêtes, c'est sûr qu'elles ne vont pas être joyeuses. Je dis au revoir à l'enfant et toujours ce regard lourd sur moi.

MÉCHANTE.

Partager cet article

Repost 0
Published by Dragon d'eau - dans Boulot
commenter cet article

commentaires

Lyjazz 15/01/2009 00:24

J'ai une chatte, borgne. Et 2 petits gars. L'ainé m'a déjà accompagné chez le vétérinaire. Je prends le parti de tout expliquer, avec des mots simples, de parler des sentiments que l'on ressent, de les nommer. Dans ce cas-là, malgré le jeune âge du petit bonhomme, j'aurais expliqué, et je lui aurais demandé de dire au revoir au chat, parce qu'on ne pouvait plus le soigner, qu'il souffrait trop et qu'il allait mourir. Je lui aurais dit que les miaulements qu'il avait poussé étaient des cris de douleur et que j'allais l'aider à ne plus souffrir. Evidemment ce n'est pas facile de parler à la dame, à l'enfant, et de penser à cet acte....

Dragon d'eau 15/01/2009 00:30


Disons que parfois "on" se sent trés démuni... Mais je suis entièrement d'accord avec toi sur la façon de gérer avec un bémol :
il me semblait vraiment un peu trop jeune pour intégrer "tout" ce qu'il fallait lui dire.


vetonat 30/12/2008 16:23

Moi comme Alex, j'y mets les 2 mains et je prends le chat par les aisselles. En général ça va bien comme ça si pas de signaux de menaces. Sauf... vendredi dernier, chat obèse gros lourdeau inexpressif, n'a pas prévenu et s'est retourné sur la main une fois en l'air. J'ai pas osé lacher le chat de 7 Kg sans le poser au moins sur la table. Résultat: belles morsure, 2 trous profonds et mal à la main pendant 3 jours... Mais ça ne m'est pas arrivé souvent, c'est vrai mais bobo !

Malgven 28/12/2008 11:02

ça ne m'est encore jamais arrivé, ce regard de l'enfant à qui on enlève son animal...

Dragon d'eau 28/12/2008 22:23


oh, ça doit malheureusement arriver tôt ou tard à pas mal de gens je pense...


Alex 28/12/2008 10:36

Personnellement je ne vois que des inconvénients à extirper les chats de leur cage en les cramponnant par la peau du cou.D'une part, les proprios et les chats eux-mêmes apprécient assez peu cette façon de faire, ce qui conduit à commencer la consultation sur de mauvaises bases.D'autre part, prendre le chat par la peau du cou peut à la rigueur protéger des morsures, en aucun cas des griffures ; or, un chat "con" que tu vas chercher au fond de son terrier va toujours lancer les griffes en premier, il ne mordra qu'en deuxième intention.De sorte que désormais (oui, avant je les cramponnais aussi, j'avoue) je sors Minou (ou Minette) en mettant les deux mains dans la boîte et en le chopant sous les aisselles (bien sûr, le proprio continue de tenir la boîte), et ça se passe très bien dans 90% des cas.Quand le chat crache, soit je demande au proprio de le sortir lui-même, et je le regarde se battre avec la furie qui lui sert d'animal domestique d'un oeil vaguement intéressé en mâchonnant du pop corn, soit j'ouvre la boîte par le dessus quand je n'ai pas de temps à perdre (ou que je n'ai pas de pop corn).Bien sûr je sais que tu sais tout ça (et tu sais que je sais que tu sais) je n'ai pas la prétention de t'apprendre les bases de la contention des chats, mais quand même ça me démangeait de l'écrire noir sur blanc :)Tu l'auras peut-être compris, j'adore les chats (au fur et à mesure des adoptions je suis devenu moi-même proprio de 4 et j'essaye de ne pas dépasser ce chiffre, sachant que 3 était déjà ma limite), c'est d'ailleurs grâce à eux que je continue ce métier car si ce n'était que pour voir défiler des chiens toute la journée... ;)Dis donc j'y repense, il avait quoi finalement ce gros tabby roux ???Bon WE demoiselle dragon, et joyeuses fêtes :)

Dragon d'eau 28/12/2008 22:22


Meriiiiiiiiii Alex


Fantomas 25/12/2008 22:08

aie , çà doit pas être dur à vivre . En janvier dernier çà a été le tour de ma chienne Jessie . Ba agée de 14 ans , elle a eu une tumeur à une mamelle . Mon véto a effectué plusieurs séance de chimio , malheuresement 6 mois plus tard une récidive fatale m'a contraint à prendre la douloureuse décision . Bref pas facile , si çà pêut te rassurer je ne suis pas parti en disant véto méchant bien au contraire !Amitié , Denis

Dragond'eau En Quelques Plumes

  • : un dragon entre deux eaux...
  • un dragon entre deux eaux...
  • : Un peu de tout, un peu de rien, beaucoup de moi !!!
  • Contact

J'aime Les Lire...