Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 07:27

:-)

Oh la semaine de la loose, je vous raconte même pas.

Enfin si je vous raconte quand même. D’ailleurs c’était pas la semaine de la loose mais les deux semaines de la loose.

 


Donc j’vous raconte. Que j’ai commencé mes deux semaines de vacances en passant chez l’ostéo  qui m’a dit que Cheyenne était très jolie, que ma position dessus était parfaite et donc que ce n’était pas ça qui provoque ces f…. maux de crâne qui me mettent à plat par période depuis juillet dernier. Accessoirement je suis tombée avec Cheyenne en partant de chez lui (cinquième chute, heureusement toujours quasi à l’arrêt, sans soucis pour la nestouille, sans trop de soucis pour Cheyenne mais pas génial pour le moral.) Que j’ai passé tout le reste de la semaine avec 10 de tension et à me sentir bien crevée, effet probable du passage chez l’ostéo.

 


Que j’ai été nager en mer avec ma coloc, la fille avec qui je suis le plus souvent logée au centre de formation. La nénette est hyper musclée, elle nage beaucoup mieux que moi. À peine j’suis dans l’eau qu’elle est déjà à perpette. On se donne rendez-vous à une bouée, elle n’y est pas quand moi j’y parviens alors qu’elle a eu cent fois le temps d’arriver et moi je me fais des sueurs froides : et si elle avait eu un problème ? En fait elle était à une autre bouée que celle dite, elle revient comme une fleur après un bon quart d’heure d’attente pour moi. Je lui dis que je me suis inquiétée, elle s’en tape.. Moi je suis gelée et crevée, j’arrive même pas à retirer mes chaussons parce que j’ai les doigts paralysés par le froid, elle est toute contente : « Qu’est-ce qu’elle était bonne ! » On s’entraîne au mannequin, elle te tracte ça à l’aise et à bonne allure tandis que je peine : « Stop ! Il a pris l’eau ! » (comprendre que les voies respiratoires se sont trouvées immergées). Je m’arrête et j‘ai envie de la zigouiller, on s’en tape qu’il aie pris l’eau, comment tu veux que je progresse si tu ne me laisses pas le tracter ?

Définitivement pas bon pour le moral.

J’ai été plonger, aussi, et aussi avec elle. J’ai trouvé ça merdique mais je n’ai rien dit parce que je ne voulais pas jouer les fines bouches. Bilan des courses : mon détendeur principal [Petit nom "Neptuneplouf"] et mon ordi de plongée en carafe tous les deux. Bon : en début de saison, ça peut arriver que le détendeur ait besoin d’être révisé. Pourtant, cela a été fait en mai dernier et d’habitude je le fais au maximum une fois par an.

Ben oui mais là il fuit. Alors, je l’ai confié au patron de ma coloc, Crouss, qui connaissait un professionnel compétent [j’ai un détendeur un peu particulier et le gars auquel je l’avais confié l’an dernier avait m….é comme pas possible, trois fois qu’il a fallu le régler après révision pour qu’il refonctionne à peu prés.] parce qu’il espérait obtenir un tarif préférentiel.  

 

Évidemment j’aurais dû suivre mon instinct, y aller moi-même, ce qui m’aurait permis de discuter moi-même avec le gars. Évidemment, je n’aurais pas eu de tarif préférentiel, mais j’aurais peut-être pu négocier mieux que cela n’a été fait la durée de réparation. En l’occurrence, j’ai bien l’impression que mon détendeur a été oublié dans un coin. Résultat : une semaine après, il n’est pas prêt. Hou ! Le p… de coup de sang [Veuillez, honorés lecteurs, me pardonner cet écart de langage]  que je me suis payé quand je suis allée dans l’espoir de le reprendre et que le technicien  m’a dit « Le second [on avait amené en même temps le détendeur de coloc, qui était prêt, et le  Neptune]    détendeur ? Il est toujours démonté. Il y a une fuite au premier étage. »

 

« Oui, duc…n, j’avais remarqué… » me dis-je in-petto en sentant ma température grimper subitement. Tout haut « Mais, hmmm, vous ne vous en êtes pas occupé ? » « Si, j’ai regardé ce qu’il y avait mais il fallait que je commande les pièces, j’espère les avoir la semaine prochaine. ». J’avais envie de le frapper [il ne va pas me faire croire qu’il lui faut plus d’une semaine pour avoir un kit de révision Neptuneplouf, ce serait du f…ge de g…, oups, j’ai  encore glissé mais je n’ai rien dit, je n’aurais pas pu, sur le moment, dire quoi que ce soit sans devenir extrêmement désagréable, ce qui aurait mis Crouss en porte à faux d’une part, et puis je n’aime pas être désagréable. J’estime qu’il est quasiment toujours possible de faire passer ses messages sans tomber dans l’acrimonie alors je préfère laisser ma température revenir à la normale avant de dire ce que j’ai à dire.

 

Second résultat, conséquent du premier : je vais faire ma semaine de présélection avec un détendeur prêté par Crouss, ce qui est très gentil de sa part, mais ça m’énerve, ça m’énerve de ne pas avoir mon détendeur à moi. Celui à cause duquel j’ai déjà failli deux fois me noyer — ça crée des liens ! — , celui qui est hyper fragile, celui qui est hyper cher à réviser, celui que j’ai choisi, certes parce que je l’avais essayé et apprécié, mais aussi un peu par une certaine forme de snobisme que j’aurais du mal à expliquer sans y passer dix pages. Mon Neptuneàmoi, que parfois je me dis qu’un jour je devrais peut-être le mettre de côté — il a plus d’inconvénients que d’avantages, je crois bien,  à part que je l’aime et que j’ai toujours ma part de snobisme — et du coup je ne sais pas si je pourrai.

 

Entre le moment où j’ai déposé le détendeur et celui où j’ai appris qu’il ne serait pas prêt, c’est l’ordi qui est tombé en panne de batterie. J’avais plongé avec, j’avais vérifié le niveau, 50 % de batterie, j’avais un peu grimacé, mais il me semblait savoir qu’il pouvait aller jusque 25%. Ben non. En carafe après le premier plouf.

J’essaye de ne pas me décourager et vais immédiatement le déposer dans un magasin pour changement de la batterie. Ah oui mais non, il faut le renvoyer au producteur, il y a entre quatre et six semaines de délai. Euh, mais j’en ai besoin lundi prochain, moi. Oui mais non, madame. Quatre à six semaines.

 

 

Là, j’ai vraiment eu l’impression de toucher le fond. Certes c’est pas forcément anormal d’avoir des pannes matérielles et c’est simplement pas de chance que cela survienne là, tout de suite, et en série en plus. Certes tous les problèmes ont leur solution. Mais c’est décourageant. Je me sens le boulet de base. Celle qui ne nage pas super bien, qui a du mal avec le mannequin. Celle dont le matériel m… juste avant le début de la semaine de présélection. Je ne sais pas si vous voyez ? Je suis quelqu’un d’organisé, de perfectionniste. J’apprécie le professionnalisme et la compétence [et j’estime personnellement que l’accumulation de pannes matérielles est une marque d’imprévoyance donc un défaut de professionnalisme.], je déteste ce qui est bordélique et mal organisé. Je préfère anticiper et prévenir les problèmes que les régler. Et là je suis tombée pilepoil et fort mal à propos en fait exactement dans le type de problème que j’aurais tellement préféré prévenir. Alors ça m’a vraiment énervée, ces mésaventures, d’une part, et puis de m’être sentie dépossédée du contrôle des évènements [si j‘avais discuté moi-même avec le technicien et qu’il m’aie dit « non, ça ne sera pas possible », je l’aurais mieux pris que là, où j’ai l’impression que Crouss n’a rien dit de spécial à ce sujet parce que c’était pas SON détendeur et qu’il s’en tapait et que du coup le gars n’a pas commandé les pièces à temps — oui oui, je sais, je suis une emmm…se ]

 

 

Et puis j’en ai discuté par téléphone avec Plouf-plouf, parce qu’en fait j‘avais demandé conseil sur FB à la bande des ploufeurs, sur l’achat d’un nouvel ordinateur et qu’il l’avait vu.

D’une part, il m’a dit qu’il avait un ordinateur de secours et me l’envoyait, soit en prêt, soit si il me convient, en achat. [Ça m’a un peu remonté le moral — alors c’est ça, avoir des amis ? J’ai pas l’habitude, moi. Waw, c’est chouette. Vraiment. D’autre part, il m’a dit [et ça paraît logique, après réflexion] qu’il fallait toujours avoir deux ordinateurs, un principal et un de secours. Ce que je vais faire à l’avenir, et je vais aussi aviser à l’achat, à l’avenir, d’un troisième détendeur.

 

 

Dernière petite mésaventure : hier, je me souviens  subitement que pour le détendeur prêté par Crouss, il me faut impérativement un insert que bien évidemment je n’ai pas pris. Premier réflexe, appeler ma coloc et lui demander d’en prendre un pour moi chez Crouss second réflexe, passer voir Lechefl’intimidant qui me prêtera certainement un insert.

 

Et puis pffffft. Y’en a marre de devoir demander de l’aide partout tout le temps et à tout le monde ces temps ci. Ce problème-ci, je ne vais demander à personne de m’aider à le régler, et tant pis si je me complique les choses. Et, à l’avenir, suivre mon instinct, et contrôler moi-même ce qui est important pour moi.

 

Alors ce matin j’ai fait quatre-vingt km (ouffff) pour aller m’acheter deux (un de sécurité) inserts dont je n’aurai sans doutes plus besoin par la suite. Et sur le chemin je me suis dit que je vais me concentrer, cette semaine, sur moi et sur rien d’autre, et sur ma réussite et rien d’autre. Pas me laisser emm…. par toutes les conneries matérielles mais m’arracher et réussir.  Scredioune.

 

 

Les dernières dernières mésaventures, c'est que l'ordi posté par Plouf-ploufette n'a pas été distribué ! Au bureau de Prosttt, ils m'ont dit que soit le paquet était trop volumineux (f....ge de G, oui) soit il était détérioré. J'ai eu beaucoup de mal à garder mon calme. M'accrocher.

Cet aprés midi, nous avons fait la nage, les huit-cent mètres. Temps pas terrible, qui correspondrait à une note de huit.  "Ça se ratrappe avec d'autres notes", me dit Texas, le responsable. L'ennui, c'est que je suis juste partout. Dire qu'en sortant de l'eau, j'étais contente de n'être, pour une fois, pas la dernière. Ça c'est vrai, il y avait plus catastrophique que moi. Ceci dit, mon masque fuyait, mon tuba m'échappait et je n'étais pas assez lestée. Je dois pouvoir faire mieux. M'accrocher, m'accrocher.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

C@line 17/03/2010 18:39


Effectivement Dragon, je comprends bien pour le détendeur. C'est un peu ta vie que tu risques avec sa défaillance.
Je ne te conseille pas de partir faire un saut en parachute avec ta toile roulée en boule au fond de ton sac à main pour voir si tu parviendras à la déplier pendant la chute libre puis à enfiler le
harnais pendant que tu tombes à 200 km/h !
C'est juste que je connais bien cette tendance à vouloir tout maitriser et tout préparer pour que les choses se déroulent au mieux.
Dans cette activité d'organisation, tu as sans doute une moyenne de 9/10, et je pense qu'il est difficile d'être encore meilleure quand on est déjà très bonne. Tu peux gagner des pouillèmes, c'est
tout.
Et puis il y a les gens qui sont défaillants autour de toi et sur lesquels il devrait être normal de pouvoir se reposer un peu, et puis il y a les vrais impondérables, ceux contre lesquels tu ne
peux rien, même si tu tentes de ne dépendre de personne.
C'est pourquoi je te propose de prendre tes échecs (relatifs) de préparation comme des exercices. Et quand je parle d'exercice, ce n'est pas ce que nous faisons normalement dans la galère pour
essayer de s'en sortir, c'est à dire faire de notre mieux, non, c'est vraiment de se dire quand on se rend compte qu'on est dans le caca : OK, je vais essayer d'améliorer ma capacité d'adaptation à
la situation.
Ca déplace le challenge, ça donne une utilité à être dans une galère.
Tu n'es plus seulement en train de lutter contre l'adversité des choses comme quand tu luttes pour garder ton mannequin à la surface. Au lieu de penser "bordel, il va prendre l'eau, faut pas qu'il
prenne l'eau", tu te mets à penser "je pédale, pied droit, pied gauche, mes muscles bougent, ils se fortifient, je suis meilleure à chaque mouvement, même si je m'épuise maintenant, demain je
serais plus forte qu'hier".
Tu vas me dire que ça revient au même, que tu penses déjà à tout ça, mais tente le truc une fois, face à une difficulté, dis-toi : c'est un exercice pour moi.


Dragon d'eau 18/03/2010 15:57


Hé bien... Mais c'est déjà ce que je fais, à peu de choses prés :-)
Merci de tes conseils ;-)


C@line 09/03/2010 12:41


Je suis bien heureuse de lire le commentaire d'Alex, mon Dragon, je ne vous connais pas tous les deux autrement que par ce que je lis ici, mais je vois qu'Alex dit avec ses propres mots ce que je
t'avais également mis en commentaire lorsque tu as parlé de ta moto.
Tu l'as mé-ri-té t é té !


Dragon d'eau 10/03/2010 21:27


Je suis contente de te revoir par ici ! Merci et Bises :-)


C@line 09/03/2010 12:35


Ah là là Dragon, toujours cette volonté de tout contrôler.
C'est diabolique, ce type de tendance, parce que, même si tu arrivais à controler ton détendeur, ton ordinateur de plongée, la Poste, ton lest, ta veste au crochet, etc. il y aurait d'autres choses
qui apparaitraient à la surface, des choses qui t'échapperaient quand même.
Lache prise. Accepte.


Dragon d'eau 10/03/2010 21:28


Oui, mais... non... Certains trucs, oui, mais d'autres pas...
Pas pour mon détendeur, entre autres. :-)


Alex 03/03/2010 10:24


Bonjour Dragon,

Je suis content de voir que tout va bien et que tu prends sur toi :)

Ne te casse pas la tête à me faire une longue réponse si tu n'as pas le temps, on peut aussi se focaliser sur des sujets précis, au gré de nos envies, ça permet de pas passer 3 mois sans
communiquer et de faire des réponses plus courtes.

A bientôt, et surtout bon courage pour tes présélections. Mais tu as raison, si c'était gagné d'avance ce serait vraiment inintéressant ;)

Alex


Dragon d'eau 03/03/2010 21:15


oui, à trés bientôt, et promis, je répondrai également à ton mail, mais là, euh, non, pas là, quoi, mais je suis sûre que tu comprendras ! (NB ! J'espère que tout
va bien par chez toi :-) )


Malgven 02/03/2010 16:25


Ah oui quand même, bon courage pour la suite.


Dragon d'eau 02/03/2010 19:59


Merci :-)


Dragond'eau En Quelques Plumes

  • : un dragon entre deux eaux...
  • un dragon entre deux eaux...
  • : Un peu de tout, un peu de rien, beaucoup de moi !!!
  • Contact

J'aime Les Lire...