Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 16:35

Alors, oui, le « elephant trekking », c’est un truc pour touristes et on pourrait même dire  une arnaque pour touriste.

 

Plantons le décor : vous êtes un quidam très moyen, venu en Thaïlande en vacances ou pour passer un examen et plonger.

Au cours de vos allées et venues, vous avez souvent vu les éléphants et vous adorez les éléphants, peut-être un vieux souvenir d’enfance même si de mémoire vous n’avez jamais été une grande fan ni de Dumbo ni de Babar. Donc à un moment ou à un autre de votre séjour vous avez négocié et réservé votre trek à dos d’éléphant.

 

Le jour dit, un charmant jeune homme vient vo
éléphants3  us chercher dans un taxi pour le moins rutilant tout neuf tout beau et tout propre et vous dépose à l’endroit où sont les éléphants.

Sans attente vous êtes installée dans un bât sur le dos de l’animal et vous partez.

Pour, à tout casser, 800 mètres de tour.

L’éléphant, c’est lent, et ça pourrait donner le mal de merà un estomac sensible. Mais sensible, votre estomac n’est pas — vos quelques séjours sur les bateaux thaïs vous ont bien amarinée, et vous profitez de la balade.

 

Certes, vous préfèreriez que votre cornac (je crois que c’est comme ça qu’on dit) soit un peu plus gentil avec votre monture — Hou là…Vous êtes en vacances, alors y’a pas le feu à la queue de l’éléphant, please, monsieur, laissez lui faire pipi-popo à son aise, j’ai tout mon temps, moi, et puis pourquoi vous l’embêtez alors qu’il a juste envie de brouter un peu le bas côté ? — [Comment ça, je vis dans un monde de bisounours, moi ?]

 

Arrivés dans la forêt, le cornac fait stopper son animal et en descend, et vous explique que puisque vous avez réservé une heure d’éléphant, il faut poireauter là. Vous comprenez donc que, une demie heure ou une heure, c’est le même tour, et évidemment vous avez payé plus même si dans l’absolu vous n’avez pas payé bien cher, c’est une question de principe. 

 

 

Fataliste, vous vous dites que vous auriez dû le deviner et vous vous préparez donc à poireauter le temps nécessaire en bavardant avec le cornac qui s’est allumé une clope    vous apprend le nom de son éléphant — Tah-noy —, son âge « Thirty » et qu’il s’agit d’une « lady ». Toutes questions que par ailleurs vous lui aviez déjà posées et auxquelles il avait répondu durant le début de ballade.

 

Il précise que dans leur cheptel, ils ont un « man » et il mime des défenses.

 

éléphants2

 

 

Et là vous vous souvenez opportunément qu’en montant le chemin vous avez bien cru voir dans un pré ( ???) un éléphant à défense [que vous croiserez sur le chemin du retour, d'où la maaaagnifique photo ], et par ailleurs vous partez dans une intense méditation interne pour essayer de vous rappeler les différences entre les éléphants d’Asie et d’Afrique.

 

De sombres histoires de nombre de « doigts » à l’extrémité de la trompe, de défenses, effectivement, et d’oreilles, mais vous n’êtes plus sûre.

 

Du coup puisqu’il faut attendre, vous aimeriez bien descendre et dire bonjour à votre monture, mais il vous dit que, non, vous ne pouvez pas descendre .

En revanche, il vous propose de prendre des photos, et vous invite du coup à vous installer sur la nuque de l’éléphant.éléphants1

Là, vous êtes ravie. Parce que, même si c’est du vieux cuir plein de soies qui piquent vos jambes nues, vous êtes vraiment, vous personnellement vous-même à cet instant assis sur le toit du monde   à califourchon sur la nuque d’un éléphant, vous penchant pour regarder ses yeux et sa trompe, caressant son front, touchant ses oreilles : une vraie gosse.

 

 

Le gars prend très sympathiquement plein de photos et vous êtes contente parce que c’est bien rare qu’il y ait qui que ce soit pour vous prendre en photo hormis dans le cercle familial.

 

Au passage, le cornac vous demande avec espoir si vous êtes « happy, happy » ? Et comme vous lui confirmez que oui, il vous invite à déposer des sous dans le gobelet fixé sur le bat de l’éléphant, précisant que c’est pour nourrir celui-ci « Fifty kilogrammes food a day » [Ah-hem…. Ça ne serait pas plutôt pour acheter des clopes et entretenir votre toux, monsieur ?].

 

Vous vous dites que vous n’avez pas payé le trip bien cher de toutes façons [oui oui je sais je l’ai déjà dit] et puis peut-être le gars sera sympa avec son éléphant si celui-ci lui fait gagner plein de pourboires  [Comment ça, je vis dans un monde de bisounours, moi ? (bis repetita) ] et peut-être quand même qu’une partie passe dans l’estomac du pachyderme, donc vous donnez 100 THB (dans l’absolu une petite somme, pour le pays un pourboire relativement correct pour vous qui êtes en fin de séjour et bien fauchée, une somme « relativement » importante).

 

À l’arrivée, comme le gars a repris plein de photos et que vous êtes ravie d’avoir fait le voyage de retour à la place du cornac, directement sur la nuque d’un éléphant et vos pieds nus sur ses épaules, ses oreilles calant vos jambes, vous redonnerez 100 THB de plus.

 

En revanche, quand vous demanderez si vous ne pouvez pas approcher directement les éléphants, à pieds, on vous tendra un panier de banane en vous disant que c’est 100 THB de plus, et là quand même, vous vous dites que, non, tant pis, un peu déçue néanmoins.

 

Alors, oui, le « elephant trekking », c’est un truc pour touristes et on pourrait même dire une arnaque pour touriste.

 


Et sans doutes que si on est vraiment concerné par la cause des éléphants, on devrait peut-être plutôt boycotter ce genre de truc plutôt que de cautionner ce système je ne suis pas sûre que ces pauvres bêtes soient   il semble fort probable que ces pauvres bêtes ne sont pas correctement traitées.

 

D’un autre côté, boycotter c’est facile, faire bouger certaines choses moins.

Et même si je suis pas sûre d’avoir « de quoi être fière  de moi », ben j’ai approché les éléphants et je suis contente. Un vrai touriste, sans cerveau, on a dit. Pfft. :-))

Partager cet article

Repost 0

commentaires

OlivierNK 21/05/2011 13:59



Mouarf, as-tu essayé de voir comment réagit un éléphant à un coup d'aiguillon électrique? Le gars est responsable, c'est lui ou son assurance qui paie les conneries des bisouno... des touristes.



Dragon d'eau 25/05/2011 22:31



 


Non, j'ai jamais vu comment un éléphant réagit à un coup d'aiguillon électrique mais si tu en parles, c'est très probablement que tu es un grand spécialiste des éléphants.


En revanche, tu m'as remis en mémoire une vidéo (l'humain est vraiment un voyeur patenté parfois) où l'on voyait une éléphante agresser son cornac et le piétiner avec une violence...


À part ça, pas trop compris le rapport avec le schmilblick, d'ailleurs... Mais je suis toujours ravie d'avoir d'aimables commentaires. :-)



La Mante 16/05/2011 13:00



bien vu.. Si je vais par là, je refuserais le trek d'éléphant..



Dragon d'eau 16/05/2011 21:27



Bravo. C'est bien de ne pas être un touriste sans cerveau.



Dragond'eau En Quelques Plumes

  • : un dragon entre deux eaux...
  • un dragon entre deux eaux...
  • : Un peu de tout, un peu de rien, beaucoup de moi !!!
  • Contact

J'aime Les Lire...