Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 09:12

Voilà des années et des années que, bien qu'en âge de le faire (si si, j'ai 18 ans... ou à peine plus, disons...), je n'avais pas voté.   Je ne savais jamais pour qui voter.

 

 

Le monde me désespère, les pouvoirs publiques me désespèrent et je n'ai aucune confiance en les hommes (femmes) politiques, quel que soit leur obédience (ça se dit ?), qui qu'ils (elles) soient, quoi qu'ils disent.


Bon, à vrai dire, je ne les écoute pas parler non plus et je ne lis même pas leur programmes électoraux, pas le courage.

C'est viscéral, instinctif, je sais on va dire, "je suis convaincue" c'est plus politiquement correct qu'ils mentent / enjolivent / nous prennent pour des écervelés (me concernant ils n'ont pas si tort) / nous manipulent / nous exploitent...

Peut-être pas tous, évidemment : Il est sûr qu'on aimerait croire en un monde plus vert, plus écologiquement responsable, et / ou bien plus humain.


La question, là, est différente : quelles réelles chances d'accéder à de réelles responsabilités et possibilités décisionnelles ont ces "partis" "minoritaires" ?

Et du coup, comment voter si l'on se dit que chaque voix compte mais qu'on n'a confiance en personne ?

 

À chaque grand rendez-vous électoral précédent, je m'angoissais à l'avance, cette fois-ci, il fallait que je vote, éventuellement blanc, mais il fallait que je le fasse, c'était tout de même scandaleux de n'avoir, ainsi, aucun esprit civique, aucune conscience sociale.

Quand on pense que, les femmes ont dû se bagarrer pour avoir le droit de voter, il n'y a pas si longtemps que cela, il y a effectivement un peu de quoi avoir honte...   Je me souviens avoir éludé, il y a quelques années, les questions de ma soeur, me demandant "pour qui" j'avais voté aux présidentielles, et l'avoir carrément envoyé sur les roses quand, consternée, elle m'a dit qu'elle espérait qu'au moins j'avais voté.

Mais rien n'y faisait et je me retrouvais honteuse, le jour où "tout le monde" allait voter, sans carte d'électeur et... honteuse (comment ça, je l'ai déjà dit ?).

 

 

 

 

Hé bien, il semble que je grandisse dans la tête (on va dire qu'il n'est jamais trop tard, hein...).

Cette année, j'ai pris ma carte d'électeur suffisamment à l'avance (et sans angoisse, en plus ;-) ) et c'était ancré dans la tête : quoi qu'il se passe, mon bulletin atterrirait dans l'urne.

S'agissant de "pour qui" voter, je ne me suis pas réellement posé de questions. Je suis partie du principe qu'il y avait deux (j'espère sincèrement pas trois") candidats qui avaient réellement leurs chances d'être notre prochain Président.

Une, je ne veux même pas croire qu'elle puisse réellement faire partie de ce trio de tête ; un, on a déjà testé durant cinq ans, et personnellement, je suis loin d'être convaincue (euphémisme... J'étais déjà sceptique lors de son élection, et peut-être que ce qui m'a bougée cette année est ce vague dégoût ressenti à son égard et du fait qu'il représente la France).

D'où mon vote. [Qu'on n'aille pas croire, je ne suis pas particulièrement fière de la façon dont je me suis décidée. Mais cf le deuxième paragraphe de ce billet, je n'ai pas plus le courage que par le passé de lire des programmes électoraux dont je ne crois pas le premier mot.]


Le bureau de vote ouvrait à l'heure où je devais me présenter au taf, et fermait avant mon retour potentiel, alors j'avais dit à mon patron et à mon collèque que j'irais voter avant le taf (sous entendu "et j'arriverai à l'heure où j'arriverai !").


J'ai mis mon bulletin dans l'urne avec une drôle de sensation. Je doute que mon bulletin de vote fasse basculer l'avenir de la France dans les années à venir, parce que même si "il" est finalement élu, je doute un peu que ce soit réellement "grâce à moi" et aussi qu'il parvienne réellement à faire bouger les choses.

Mais cette année c'est moi qui ai voté et c'est moi qui ai dit faussement consternée à mon collègue de travail que comment ça, il n'avait pas été voter, il fallait qu'il me laisse fermer la boutique le soir et qu'il parte plus tôt pour y aller.

Il ne l'a pas fait, il ne savait pas pour qui voter.

 

Et vous, une anecdote, un commentaire sur ce que vous évoque ce rendez-vous électoral ? En évitant, par pitié, le débat politique...

Partager cet article

Repost 0
Published by Dragon d'eau
commenter cet article

commentaires

La Mante 29/04/2012 18:27


Je vote depuis ma majorité. Je n'ai jamais lupé une élection sauf le referendum sur l' Europe et les primaires socialistes. Dans les deux cas j'ai eu tord. Tant pis.


J'ai voté pour qui je voulais en fonction de mes convictions tout bêtement car j'avais été choqué par la notion de "vote utile". Alrs les autres sont inutiles ??? pas très républicain tout ça.

Dragond'eau En Quelques Plumes

  • : un dragon entre deux eaux...
  • un dragon entre deux eaux...
  • : Un peu de tout, un peu de rien, beaucoup de moi !!!
  • Contact

J'aime Les Lire...