Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 16:18

Je suis sur le quai, à côté du bateau, en train d’aider les gars à préparer ls équipements pour les baptêmes, quand je vois se pointer ces deux miniatures. Deux nénettes minuscules revêtues de combinaisons de plongée du club taille enfant. Une petite black, une blondinette, mais, hmmm, c’est bien petit, ça, pour un baptême….

  « Hop hop hop, vous deux, vous avez quel âge ? »

  « Sept ans » annonce gaillardement la blackounette.

Je fronce les sourcils « sept ans ? » et la blondinette corrige « sept ans et demi toutes les deux ». 

Effectivement trop jeunes pour un baptême, m’enfin à la limite  j’m’en fiche, moi, je ne suis pas de baptême cet après midi.

— « Allez, zou, filez à l’avant du bateau ! »

 

Derrière, un monsieur, dont j’apprendrai qu’il est le père de  Perle  noire, la petite black toute mince au joli sourire lumineux et dépareillé, à la queue de cheval crêpue. Quant à Jade, elle est la petite-fille d’un couple auquel j’ai fait passer le niveau  2. Sa jeune grand mère est une belle femme blonde très séduisante et la petite est fine et très belle, de longs cheveux blonds, de grands yeux bleus, un petit air sérieux, une grande casquette blanche avec des papillons rose et noirs sages.

 

Durant ma plongée avec les deux piou piou que j’encadre, j’avise un ormeau, un très joli petit coquillage, repense à ces deux petitounes —  les enfants, souvent, aiment bien conserver un petit quelque chose remonté du fond, et, oui, c’est interdit… Certes. Mais parfois je me donne parfois le droit de faire plaisir à un gosse en lui offrant un coquillage, à condition que celui-ci soit déjà mort, bien sûr      et souriant à part moi, récupère un premier puis un deuxième exemplaire.

Lorsque je reviens sur le bateau, elles sont en train de chahuter avec Wassily qui a un bon contact avec les enfants et auquel elles répondent avec l’aplomb des très jeunes et de grands rires d’enfants qui s’amusent.

 

Je leur demande si elles veulent conserver un petit souvenir et leur donne un ormeau à chacune.

ormeaux

Elles sont ravies, oh c’est joli, regarde, il y a de la nacre !

 

 

Photo prise ici

 


Je dégrée mon matériel, enlève le haut de ma combinaison, retourne dans l’eau éliminer ma diurèse d’immersion et vais dans la cabine chercher mon coupe-vent… La cabine, à côté de laquelle les deux loupiottes sont penchées par dessus la rambarde. « Jade, elle a jeté ton coquillage dans l’eau «  me dit  Perle  noir qui tient le sien précieusement dans sa main.

Je suis surprise « C’est vrai ? mais il t’a échappé, ou tu l’as vraiment jeté ? » La petite est un peu sur son quant-à-soi, probablement ennuyée, probablement incertaine de ma réaction. « C’est vrai,  et elle l’a exprès jeté » précise  Perle  noire à laquelle son papa fait remarquer qu’elle n’a pas à « rapporter ». De nouveau un coup d’œil à cette petite qui me fait tellement craquer « Tu sais, je te l’avais donné, donc tu pouvais en faire ce que tu voulais… J’espère juste que tu ne regrettes pas… »

Moi, en tous cas, je regrette pour elle. Je me souviens avoir fait, gamine, des trucs dont je savais bien à l’avance que c’était des bêtises, comme d’abîmer délibérément ou de jeter quelque chose à quoi je tenais quand même, sans savoir pourquoi, bêtement.  

Quelque chose dans son expression quand elle a avoué avoir jeté le coquillage me fait me demander si, comme moi dans ce genre de circonstances, sans le montrer, elle n’aurait pas le cœur un peu tordu par cette drôle de sensation d’inexorable que l’on a lorsque vient de se produire quelque chose d’irréparable, pas forcément grave ni important mais irréparable.

 

Quelques minutes après, Jolicoeur, le dernier des moniteurs baptême, revient sur la bateau et elles se précipitent vers lui « Jolicoeur, Jolicoeur, est-ce que tu es passé là, juste sous le bateau ? Il aurait fallu que tu ailles, juste là, en dessous de l’endroit où on était, et que tu retrouves le coquillage que Jade a perdu »

Un minuscule (1 cm sur 2 cm) coquillage jeté au dessus de 8 mètres d’eau…. Je souris et retourne fouiller les poches de mon gilet stabilisateur. Tant pis si c’est anti-pédagogique, je ne me sens pas de laisser cette petite là-dessus et, oui, il me reste un œil de Sainte-Lucie. Bon, je ne vais pas le lui donner maintenant, je le place dans la poche de mon coupe vent.

 

oeil ste lucie


Revenus au club, je retrouve mes deux petites plouf-ploufettes

 

et demande à Jade, maintenant vêtue d’une robe noire, si elle a des poches.

 

 

Photo prise ici

 


 

« Non » me dit-elle, «  mais »

(ayant manifestement deviné ce dont il s’agit) « je pourrais le mettre là » en me montrant le devant de sa robe, la zone où une femme aurait un soutien gorge.

Alors je lui donne l’œil de Sainte Lucie Plouf Plouf , lui expliquant ce dont il s’agit et lui parlant de la légende.

Plus tard, alors que je regarde mes courriels sur mon aïfaune, elles reviennent me voire et bavarder. Jade me montre qu’elle a toujours son trésor et  Perle  noire de même, qui me confie avec un peu de regret « j’aimerais bien trouver l’autre œil de Sainte-Lucie. »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alex 25/10/2010 14:05



Salut miss Dragon d'eau,


Elle est mignonne ton histoire (bon, sauf quand tu parles de diurèse d'immersion, là j'avoue... ;)), et les deux gamines dont tu parles paraissent drôlement dégourdies pour leur âge !


Sans transition, tes résultats sont pour bientôt ?


Amitiés,


Alex



Dragon d'eau 26/10/2010 10:56



Ben quoi, la diurèse d'immersion, comme la diurèse de froid, c'est naturel... :-))


Sans transition, un peu de patience ;-))


J'espère que tu vas bien ! Bises



Dragond'eau En Quelques Plumes

  • : un dragon entre deux eaux...
  • un dragon entre deux eaux...
  • : Un peu de tout, un peu de rien, beaucoup de moi !!!
  • Contact

J'aime Les Lire...