Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 10:09

Là où j'ai remplacé il y a déjà quelque temps, j'occupais en son absence la maison de mon remplacé.

Une jolie maison sympa.

 


Il m'avait prévenue que j'aurais à m'occuper des chats, mais je n'avais pas trop compris s'il y en avait un ou deux.


Bon, le premier jour, j'arrive à midi, je monte mes valises dans la chambre, je redescends dans la pièce à vivre, un chat noir s'y trouve. OK. À sa demande, je lui ouvre pour qu'il sorte, je me fais à manger et puis il demande à rentrer et disparait dans la maison.

Et puis quelques minutes aprés, il redemande à rentrer de nouveau et disparait dans la maison.

....  Euh ?


Le soir quand je suis rentrée,  j’ai compris qu’il y en avait deux, quasiment jumeaux, à tel point qu'au départ, je ne les distinguais pas.

 

Après j’ai vu et compris qu’il y en avait un qui restait peu à l’intérieur tandis que l’autre sortait peu, un mince et l’autre grassouillet, un extraverti et  un timide, chacun des "ceci" allant logiquement avec chacun des "cela".

 

 

chats jumeaux


 

Photo trouvée ici sur le Net, à noter que la différence de tour de taille entre "mon" mincinet et "mon "grossinet" était moins flagrante qu'entre cet adulte quand même un peu obèse et ce chaton !!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je n’ai jamais regardé s’ils étaient mâles ou femelles. J‘aime mieux les chats mâles, en effet (si c’est pas désolant pour un véto de pratiquer de la discrimination féline sur le sexe), donc ne pas regarder c’était leur laisser toute opportunité d’être des mâles sympas.


 

Le pli a été vite pris : leur ouvrir le matin, les faire rentrer le soir, les nourrir à peu prés à volonté (aprés tout je n'avais pas d'instructions sur ce point et c'était moi qui me coltinais les récriminations félines quand les gamelles étaient vides, mais bon, Dr Remplacé, si vous passez par ici, j'ai quand même fait attention à ce que Grossinet n'enfle pas comme une baudruche...)

 


Sauf que Grossinet a lui aussi très vite pris son propre pli : sortir vite fait avant mon petit-déj et demander implorer  de rentrer avant mon départ. Du coup moi, dés la première semaine, je lui ai mis une litière. J’ai beau avoir peu d’odorat, l’odeur de pipi de chat sur le joli petit tapis devant l’évier, ça allait deux minutes. Je l'ai lavé une fois, j'avais pas l'intention de le refaire tous les deux jours.


 

Quant à Mincinet, lui aussi il est rentré un matin avant que je ne parte au boulot. Du coup, le soir, il a  voulu sortir quand moi je suis revenue et il n’est jamais rentré de la soirée et donc de la nuit. Pas très fière que j’étais car madame l’épouse de mon patron avait bien insisté par l’intermédiaire de l’ASV pour que ses chats dorment dans la maison  la nuit et rassurée j'étais quand il s'est pointé à la porte fenêtre au matin.


 

La seconde fois où il m’a fait le coup, jamais je ne l’ai laissé ressortir, et il a miaulé longtemps en me tournant autour, d’une voix aigue, intense, exaspérante.

 

 


Mincinet et Grossinet ne pouvaient pas se voir en peinture.

Les deux gamelles de croquettes devaient être éloignées d’a minima cinquante centimètres, hors de question de boire ensembles dans la gamelle d’eau largement suffisante pour deux chats. De temps en temps j'entendais cracher et levant le nez de ce que je faisais je voyais que, oh préjudice grave, ils s'étaient retrouvés à moins de cinquante centimètres l'un de l'autre.


Au bout de quelques jours, habitué à moi, Grossinet dormait sur mon lit tandis que Mincinet, esseulé, se roulait en boule sur le canapé au rez de chaussée. J'avais un peu mal au coeur personnellement, mais bon...

 

 

Un soir, il (Mincinet) a voulu monter à l’étage. Grossinet était quant à lui placé en plein milieu de l’escalier. C’est-à-dire, en plein milieu, dans le sens de la hauteur, et en plein milieu de la marche.

 

 

Mincinet a fait trois tentatives accompagnées de crachats et grondements dont il était impossible de dire de qui ils venaient, et puis finalement il a sagement abandonné et est revenu sur son canapé.

 

 

Un autre soir — celui, justement où il-mincinet voulait sortir et moi je n’étais pas d’accord, au bout d’un moment, il-mincinet s’est un peu énervé, et il s’est carrément mis à courser Grossinet qui, doublé de volume, crachant et soufflant n’avait certainement jamais autant couru de sa vie.

 


C’était très drôle à voir, mais je n’ai pas cédé à ce chantage indirect (comment ça, anthropomorphisme ?), en revanche, ça m'a fourni une bonne anecdote à raconter aux ASV le lendemain.

 

Oui, je sais, c'était pas trés gentil. En même temps, on rigole de ce qu'on peut, hein.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

La Mante 03/05/2012 22:37


mdr, plein de chats ici alors pleins d'anecdotes aussi

Dragon d'eau 08/05/2012 12:11



:-)



Dragond'eau En Quelques Plumes

  • : un dragon entre deux eaux...
  • un dragon entre deux eaux...
  • : Un peu de tout, un peu de rien, beaucoup de moi !!!
  • Contact

J'aime Les Lire...