Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 13:10

C'est un de mes gros défauts dans la vie, je suis tout le temps en train de m'excuser.

D'exister ? Euh, ça va peut-être un peu loin, non ?


En tous cas, mon premier "réflexe" (pour utiliser, comme tout le monde, ce mot dans un sens inexact) est de m'excuser pour ce billet dont une bonne moitié est un peu  déprimouillée.

Je ne devrais sans doutes pas en parler. Je n'aime pas étaler mes coups de blues, ou plutôt je n'aime pas quand j'ai l'impression de ne parler que de mes coups de blues. Bref.

 Sauf que c'est justement pour ça que je n'ai pas écrit depuis un moment — parce que ça m'embête quand mes billets sont déprimouillés. Donc, accordons-nous : j'en parle parce que c'est ce que je ressens, mais c'est pas la peine de trop s'y attarder, OK ? :-)


Donc, j'allais dire que.

Je file un drôle de coton, ces temps ci.

Un gros fond de mauvais moral qui traîne, sans vraiment de raison, parce que quand je réfléchis, y'a des  choses qui se passent bien.

Alors oui il y a d'autres trucs super emm..., super déprimouillants, pour lesquels j'ai pris consciemment  le parti de ne pas me faire de noeuds au cerveau ni d'ulcère parce que sinon je ne suis pas tirée d'affaires. Du coup je règle chaque truc au fur et à mesure.. Tout problème a ses solutions.

Il faut croire que mon subconscient n'est pas d'accord avec cela, je suppose.

Je suis fatiguée. Je dors super mal la nuit, je cherche ma respiration, et à contrario je m'endors quand il ne faudrait pas — j'ai mis douze heures à faire un trajet qui en demande normalement, disons, huit, l'autre jour, à cause de cela.

Bref.

J'ai une pause dans mon stage, et je suis remontée voir les copains, icienhaut.

J'habite chez l'adorable Galadriel quelques jours, chez Galadriel, son mari et leurs loulous craquants.

Je pensais me poser, me reposer d'une part, et travailler, et aussi écrire pour le blog et pour moi..

J'avais juste deux-trois-trucs à faire, récupérer des trucs chez des copains qui me les avaientgardés — des vêtements de travail pour jobnumberjem'yperds, chez Mike, mon bloc de plongée chez Callistos qui est l'homme de Callista, qui avait accepté d'essayer de le vendre pour moi mais n'y est pas parvenu alors je vais le déposer dans un magasin de plouferie pour cela.

Et puis juste passer à l'appartement voir si tout allait bien.

Sauf que rien n'allait réellement bien à l'appart, et j'ai passé des heures à discuter avec les voisins et à attendre que le plombier miraculeusement venu en urgence répare une fuite, hmm, comment, dire, sèrieuse, que si je n'avais pas eu le coup de pot de passer à ce moment là, c'était dégât des eaux dans tout l'appart et chez les voisins.

Je suppose que je ne devrais pas m'étonner de ne pas être parvenue à dormir aprés ça. :-)


Ce ne sont que des tracasseries, tout cela — les sous, les soucis au sujet de l'appartement, les questions existencielles — et y'a des tas de gens qui vivent des trucs bien plus sérieux. L'ennui c'est que même si je me dis ça, y'a des trucs qui travaillent sous la surface.


Mais pffft de tout cela.


Je préfèrerais vous parler — c'est un article que j'ai "en stand bye" depuis des semainesde ce jour où on a pris le dauphin, nous les neuf et Solal, pour simplement naviguer et apprendre à relever des amers (clic) .

 

 

 

 

 

C'est un matin clair, pas froid, le ciel parait quasiment sans nuage, mais le soleil est voilé, et cela donne une lumière particulièrement belle, douce, diffuse, gris perle.

L'eau est parfaitement calme. Nous croisons un de ces petits drapeaux qui signalent un filet de pêcheur.


amers2-copie-1.jpg


Je me suis posée sur un banc quand Solal est sorti du poste de pilotage "allez, zou, dragon d'eau, aux commandes."



Nous pilotons tous à tour de rôle le Dauphin. C'est quelque chose qui me stresse énormément, une véritable épreuve, surtout quand nous effectuons des manoeuvres, et d'autant plus qu'introvertie de nature, je ne parviens pas à l'extérioriserd'avoir cette énorme bête sous moi,  et de ne pas avoir les clefs pour la dompter. Mais c'est pour cela, justement, que Solal et Rugbyman nous font piloter un maximum.


"Tu vas vers la balise, on va droit dessus, tu la vois ?"

"Non !"

"Mais si, regarde, juste en face."

" Je te dis que je ne la vois pas." Si en plus il me dit d'aller vers un truc que je ne discerne pas, je deviens tout de suite nerveuse.

"Ok" arrondit-il, "navigue au compas, alors, au 180".

balise DI



En revanche, quand on me donne une indication utilisable, ça va déjà mieux. Un peu plus tard, je vois la balise — une petite tourelle rouge et noire posée sur un ilôt rocheux.



Alors que nous nous en approchons,  il reprend les commandes, nous expliquant qu'il y a par ici des hauts-fonds sur lesquels il serait facile d'échouer le bateau, et il nous envoie à la proue pour lui signaler le récif dés que nous le verrons.


amers


 

 

Comme les autres, je me penche par dessus l'eau lourde, lisse et noire, pétrole, vertigineuse, où je ne vois rien —  que le reflet du ciel et du bateau.


 

 

Blanco à côté de moi guide Solal "encore.... encore.... STOP !".  Je me penche encore, il est où le haut fond ? je ne vois rien, ah, si, là, deux mètres sous la surface.


 


Ensuite, nous nous raprochons de la côte, Solal mouille sur un site et nous recommande de prendre des amers afin de pouvoir ensuite revenir ancrer exactement au même endroit.


Nous l'avons déjà fait sur un autre site et il nous avait recommandé de dessiner nos amers, j'ai donc pris mon carnet avec moi.


Je suis surprise de ce qui nait sous mes doigts, avec un peu de patience —

détendeurs

et avec de l'indulgence —  , je trouve que ça ressemble à quelque chose. Nous sommes si près de la côte qu'un seul amer est utilisé — la maison derrière le phare sur la photo précédente, venir face au vent en longeant la côte et mouiller quand la maison est vue juste comme je l'ai dessinée.

 

 

C'est long d'attendre tandis que tous passent au pilotage, avec plus ou moins de finesse et de succés dans la réalisation des manoeuvres et moi je ne suis pas pressée car je me demande déjà ce que ça va donner.


J'attends de passer, mon carnet, mon stylo et un critérium dans la poche de mon ciré, et la lumière est toujours aussi belle, alors je me remets à crayonner, tout et n'importe quoi, des amers, la côte, et encore des schémas de détendeurs que nous avons appris l'autre jour.


J'ai toujours aimé dessiner. J'ai toujours eu envie d'ajouter des dessins dans mon journal mais je ne l'avais jamais fait, de crainte que ça ne ressemble à rien.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Phénix 25/05/2010 01:32



salut à toi et à tous, suite à tes messages, je trouve que tu te pose les questions par lequelles nous sommes tous passés, aucune réflexion  face à une situation d'urgence......... TU GERE
COMME TU PEUX EN SAUVEGARDENT TA VIE et en suite celle de l'accidenté ( une vie coûte mais deux..)


Il ne faut pas croire qu'une formation fait de qui que se soit un super héros, nous sommes tous à la même enseigne mm les niveaux Whatmille.


Le mental est la plus grande source de sérénité et de contrôle de chaque individu, l'aprentissage n'est que la phase primaire. Si tu n'est pas bien dans ta tête tu ne seras pas ben dans ton
corps.....


 


Perso lors de plongée profonde, je travaille beaucoup en sophrologie mais les conseilleurs ne sonts pas les payeurs et je sais que tu est bien entouré sur ce plan !


 


Bonne continuation ..... @ Plouf Phénix



lo 22/05/2010 19:43



fatigue + tricotage d'idées nocives (qui choisissent en général la nuit pour se manifester) = coup de mou, humeur maussade, mélancolie...


Il faut attendre que ça passe...


et tu dessines vraiment très bien :-)!



Dragon d'eau 25/05/2010 19:45



Tu as bien raison pour la première partie du message et merci pour la deuxième :-)



Malgven 17/05/2010 16:32



Jolis croquis ! (en espérant que les problèmes se règlent un à un et que le moral remonte...)



Dragon d'eau 25/05/2010 19:44



Merci ! Une bonne semaine dans la famille et ça repart !



Dragond'eau En Quelques Plumes

  • : un dragon entre deux eaux...
  • un dragon entre deux eaux...
  • : Un peu de tout, un peu de rien, beaucoup de moi !!!
  • Contact

J'aime Les Lire...