Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 16:03

(Encore un texte qui part un peu dans tous les sens, publié plusieurs semaines après écriture)

 

 

Oui, sensation bizarre d'être ici en vacances, au milieu de tout un tas de vacanciers, sans être réellement en vacances.

Je ne suis pas retournée plonger aujourd'hui. Non que je n'aimerais pas, mais ce n'est pas donné, et je dois faire attention.

Alors j'ai été au marché et là j'ai un peu regretté. J'aurais eu envie de tout, ou de pas mal de choses.

 

http://reunion.runweb.com/watermark.asp?photo=/images/page/1306/2872/_640_Les_produits_frais_du_marche_de_Saint_Paul_les_traditionnelles_tomates.jpg&txt=&wm=

 

 

Les flacons d'eau de toilette,

les mélanges et flacons d'épices, de confitures,

les riches stands de fruits et de légumes,

les baraques de nourriture locale,

les mignonnes petites robes pour certaines de prix relativement élevé eu égard à leur qualité mais pour certaines, craquantes et pas chères du tout.

Et puis de l'artisanat en bois

et puis des bijoux de perles d'eau douce trés jolies et de prix très abordable.

J'aurais eu envie d'un collier en perles pour moi, de bijoux pour les petites princesses,

j'aimerais tôt ou tard acheter quelque chose pour Solal et Rugbyman, mais j'aurais aimé que ce soit avec mon premier salaire de moniteur de plongée, j'aimerais acheter des trucs pour mes proches, pour moi...


Oui mais.

Peut-être dans quelques mois si j'ai pu bosser un peu dans la plouferie entre temps et donc arrondir mes fins de mois.


J'attends. J'ai reçu mon beauuuuuu diplôme et mes notes ; certaines m'ont déçue [je pensais avoir mieux réussi que ça mon sauvetage... Mais l'important n'était-il pas d'avoir le diplôme ?], une surtout m'a fait plaisir même si je savais à l'avance qu'elle était bonne, et justement... ["Ça fait plaisir, n'est-ce pas Dragon d'eau, quand on a bien travaillé, de pouvoir le MONTRER ?" m'avait dit Solal à la fin de cet oral].


J'ai immédiatement renvoyée ma demande d'autorisation officielle de travail, et maintenant j'attends. Quand je l'aurai reçue (quand ?) je me ferai un petit dossier avec une photocopie de mon diplôme, de la dite autorisation, de mon permis bateau, de mon certificat de radio et mes coordonnées, de façon à pouvoir le laisser dans les clubs où je passe.


Hier, le gars à qui j'ai payé ma plongée, quand je lui ai demandé si le responsable du centre était là, m'a demandé à quel sujet c'était, m'a dit que le dit responsable revenait dans quelques jours, et m'a conseillé de rédiger une lettre de motivation. Ça m'a faite rire sous cape, j'aurais cru que le milieu de la plongée était plus adepte de contacts humains et de "jugements sur pièce", c'est d'ailleurs, sur les quelques centres prospectés, la première fois que j'entends cela.

Une lettre de motivation ! Je revois l'un des grands messieurs de la plongée française, avec qui j'ai eu le privilège de travailler cet été, me faisant remarquer qu'avec l'expérience, le moniteur acquierrait (orthographe ?) ce qu'il appelait "l'oeil du maquignon" : en gros la capacité, rien qu'à regarder un plongeur, son équipement et sa façon de s'équiper, à savoir à peu prés à quoi s'attendre avec lui sous l'eau. Je suis bien d'accord avec lui, c'est une remarque que je m'étais déjà formulée. Et un gars qui n'est même pas un professionnel me conseille de rédiger une lettre de motivation !

 


Trois réflexions à cet égard : un, la rédiger, en suivant ses recommandations, puisqu'après tout son conseil correspond peut-être effectivement à ce qu'attend le gérant du club.

Deux, revenir me présenter en personne au gérant du club.

Trois, faire attention, car je remarque depuis un certain temps une tendance chez moi à l'arrogance... Par exemple, dans mon récit médical de l'autre jour, dans ce que j'ai pensé face à ce gars, dans l'un des paragraphes précédents aussi. Or, être diplômée, être maintenant une professionnelle rémunérable et pleine de belles idées sur l'enseignement de la plongée, c'est bien ; savoir un peu ce que j'ai [ou pas] envie de faire, c'est bien aussi.

Me voire sortie de la cuisse de Jupiter, c'est pas bien. Ne pas oublier qu'il y a des tas de moniteurs non professionnels qui ont beaucoup à m'apprendre et que ce n'est pas d'avoir un beau diplôme tout neuf qui fait de moi un bon moniteur de plongée ni un bon DP.

 


Je suis impatiente de commencer à travailler. Je ne suis plus du tout dans l'ambiance "plonger pour moi".

 

Capture d’écran 2010-11-27 à 17.17.58


Hier, j'ai plongée avec une femme de niveau wouatmilleplusun et un néerlandais très sympa de niveau wouatmille-plusun-surdeux.

 

Photo prise ici

 

 

 

Une jolie plongée sympa, mais à la fin, j'avais envie d'expliquer deux-trois trucs à la nénette :

—  qu'elle était descendue comme une flèche sans attendre de voir si Gerry et moi ça allait [Moi pas de problème, même niveau qu'elle donc je sais à priori me gérer mais Gerry, on était censées toutes les deux faire attention à lui. Dans les faits, elle pas glop.]


—  qu'elle avait tracé comme une malade durant toute la plongée [quoiqu'elle a dû remarquer qu'elle passait son temps à m'attendre... Mais même si j'ai fait des efforts pour rester à une allure proche de ce qui me convenait, ça n'était pas évident et j'ai palmé plus vite que ce que j'apprécie] et que de ce fait elle avait pompée comme une malade [Je suis sortie avec 90 bars restants, elle et Gerry étaient sur réserve !!]


 —  qu'elle n'avait pas une seule fois communiqué sur sa consommation en air, tiens, puisqu'on en parle !

—  que son détendeur de secours n'était pas suffisamment fonctionnel (il était dans sa poche, certes dégageable relativement facilement en cas de besoin mais pas assez à mon goût)


—  que quand on était niveau wouatmilleplusun, même si on n'était pas en position de GP, il était bien vu de respecter la réglementation et d'avoir deux détendeurs complets (elle avait un octopus.)


Et puis en fait je n'ai rien dit.  

Un plongeur peut éventuellement faire des remarques à un autre, si elles sont importantes et argumentées, dans plusieurs circonstances parmi lesquelles : entre autonomes ou d'un moniteur à son élève.


Mais là je ne suis plus réellement une autonome et je n'avais pas la casquette de moniteur. Apprendre à se taire, c'est aussi bien, parfois. Ne pas jouer les donneurs de leçon ; ne pas se sentir meilleur que les autres.

 

[L'autre jour, j'ai plongé en même temps qu'un moniteur qui avait deux élèves avec lui, ce qui fait que j'étais un peu tranquille, je suivais "en faisant ma vie". À un moment durant la plongée, alors que je passais précautionneusement entre deux reliefs de corail, il me fait un signe et moi bêtement je le regarde et lui réponds, et sens mon bloc heurter le corail derrière moi et l'abimer, forcément.

Quand on connait la richesse et la fragilité de cet écosystème. Je n'étais pas fière de moi et s'il m'avait fait une remarque, je l'aurais acceptée l'oreille basse. Mais soit il a décidé de ne rien dire, soit il n'a pas vu. Tout ça pour dire.... Que parfois c'est aussi bien de garder un peu d'humilité. ]


N'empêche que je suis impatiente d'exercer pleinement mon rôle de moniteur.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dragond'eau En Quelques Plumes

  • : un dragon entre deux eaux...
  • un dragon entre deux eaux...
  • : Un peu de tout, un peu de rien, beaucoup de moi !!!
  • Contact

J'aime Les Lire...