Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 07:40
Ça, c'est un article que j'ai écrit il y a déjà plusieurs semaines et que je publie seulement maintenant. [Oui, oui, je sais, c'est pas évident  de me suivre ]

————————————————————————————————
C'est un dragon (d'eau) à moitié vaincu sec qui vous parle (je rassure les âmes sympathiques qui s'inquiéteraient déjà, it's just a joke).
Vaincu par quoi ?
La résurrection d'une période de ma vie que je croyais ensevelie.

Bon, il y a quelques mois, je suis redevenue étudiante, toussa  
toussa,  j'ai retrouvé ma vieille application, mon vieux perfectionnisme, tout apprendre et bien plus encore, le moindre mot prononcé par le formateur est capturé, noté, appris, et si ouverture il y a sur autre chose, le dragon d'eau file sur internet qui est la ressource la plus accessible.
 
Très bien.
Mais là, ça empire, grave de chez grave.

J'ai commencé à avoir une drôle d'impression aux tests de présélection, quand on devait passer au tableau pour exposer l'organisation de plouff que l'on proposerait en fonction du sujet tiré au sort.
Sujet préparé en vingt minutes et à exposer au tableau durant le même temps ? Tableau ? Utilisation du tableau pour l'exposé ? Plan, dessins ?
 
Diapositive3-copie-1
Alors, ça, c'est un tableau du type "peut mieux faire".
Plan dans la colonne de gauche : OK
Utilisation de schémas et de couleurs : OK
Présence d'une colone récapitulative des notions à retenir à droite : Absence (Bouh ! Pas bien ! Carton jaune !)
Utilisation de l'espace : Bouh ! Pas bien ! C'est quoi ce trait bizarre et asymétrique sur ton tableau ? C'est quoi ce schéma à moitié illisible en haut à droite ?

Wouhhhhhhhhhhhhh.... Ça ressemblait drôlement aux colles de physique et de bio surtout que j'avais eu en prépa véto, ça....
Mais bon, ça n'a pas duré, ça a été vite oublié. Bouh, pas sympa, vite enfoui au fond du cerveau.

On a eu une petite période de deux semaines, grosso modo, où c'était enseignement quasi vertical, le formateur dispensait sa précieuse science avec ou sans un beau powerpoint tout frais tout chaud tout joli, nous on écoutait ou pas, on notait ou pas, on comprenait ou pas. Y'avait aussi la physique et les tables où on faisait beaucoup d'exercices, c'était un peu différent.

Et puis on a eu le premier DSdevoir sur table — qui s'est d'ailleurs transformé en DM, devoir à la maison, à cause de la journée de grève.
 

 
Bon, moi, j'avais décidé de jouer le jeu. J'ai récupéré mon sujet de DS sans jeter un seul oeil sur les quatre questions qui étaient à traiter en deux heures sans document sauf les tables MN90-MT92 et la calculatrice,  j'ai demandé à colloc qui l'avait fait avant moi de ne RIEN me dire, et même quand Kyril a innocemment énoncé devant moi le sujet d'une des questions, j'ai soigneusement partitionné mon disque dur interne cerveau, oui oui j'avais entendu la question mais non non je ne l'avais pas écoutée et je jure que pas un seul de mes neurones ne s'est penché dessus avant que je ne reprenne le sujet.

Aprés ça s'est compliqué. Je suis revenue en salle aprés les cours, j'ai sorti des feuilles, ma trousse et ma règle, jeté un oeil à ma montre, il était 17 H 40, j'ai sorti mon sujet et commencé à le lire avec la trés naïve, innocente et toussa tousa intention de le traiter en deux heures chrono sans me laisser distraire par quoi que ce soit. M...... ! "Les tables, j'ai pas mes tables !" J'ai dû retourner en chambre les chercher. Plus tard  j'ai dû aussi retourner chercher ma calculatrice oubliée (heureusement que mon semblant de cerveau est bien fixé dans ma boite crânienne sur mes épaules, moijvousldit.)

Et puis Gamin (sic...) est venu s'installer à côté de moi, m'a demandé s'il pouvait utiliser mon Macàmoteur pour se connecter sur Internet, si j'avais pas une feuille et un stylo à lui passer, il a joué assez bruyamment et en se fichant totalement du fait que je travaillais à côté de lui avec l'extracteur de son parachute (On ne parle pas ici de   parachute de palier, mais de parachute de chute libre que le jeune homme pratique et il tient à ce que ça se sache)  histoire de bien se faire mousser, il aime bien se la jouer, un gamin on vous a dit.
Moi je me dépêchais un max en râlant dans la barbe que je n'ai pas comme seul un dragon sait le faire sur leur f.... p.... d'exercice de tables, trés-intéressant-j'ai-pas-dit-le-contraire-au-contraire, mais long, p... d... de long !   Aprés j'ai fait la physio et puis la physique.

Deux heures trente (oui, oui, j'ai dépassé malgrés tous mes efforts mais bon, j'allais pas non plus laisser l'exercice de physique en plan !) aprés,
Diapositive1-copie-9
j'ai mornement (ça se dit, ça ? P't'être bien que non, mais ça vous donne une idée de mon humeur...) 
contemplé mes feuilles qui ressemblaient un peu tous de même à un torchon, par endroit couvert de liquide correcteur blanc mal étalé, mal écrites (va écrire bien rond bien moulé quand déjà t'écris pas super bien au naturel et que tu speedes comme un malade, toi, vazii et puis reviens me montrer qu'on rigole. Franchement, j'ai pitié de Solal qui va corriger ça.) et j'ai frissonné d'horreur.

Ce devoir, c'était à lui tout seul et en deux heures un  paralèlle de moitié d'écrit de concours vétoà l'époque où je l'ai passé, scusez-moi d'être un dinosaure du concours, heinà lui tout seul. Un énorme problème de table, deux questions de physio, un exercice de chimie.

De la rédaction, des calculs, des schémas
si je récupère ma copie, tiens, je vous mettrai une photo de mon schéma d'oreille externe-moyenne-interne, histoire de faire mourir de rire deux-trois personnes au passage.
Diapositive2-copie-2

Chose promise, chose due
NB : On est prié de mourir silencieusement de rire.
Merci d'avance.
Entre parenthèse, si Solal passe par là, je suis grillée de chez grillée, mais bon, les probabilités sont quand même ridiculement faibles.
Enfin je crois. Solal, tu as bien autre chose à f.... que de parcourir les blogs sur le net, heindishein ?


Un brouillon, de l'écriture frénétique, de l'espoir (ah oui ça colle bien ça comme résultat  depuis j'ai eu le corrigé, j'ai pas approfondi mais il semble que j'ai fait plusieurs fautes) du désarroi ("l'essoufflement en plongée, l'essoufflement, oui, j'aurais dû m'en douter que ça tomberait, euh, c'est quoi déjà la définition, j'ai un trou, puis il faut que je parle de quoi en transversal ?" et plus tard "oh là là j'ai plus que dix minutes et j'ai pas fini la troisième question" (et donc bien évidemment pas commencé la quatrième), pas de temps pour relire ni pour souligner.... Le premier concours blanc c'était ça. Arg. Je crois, du moins, ça fait longtemps.
Bon, ça c'était déjà la semaine dernière, j'ai eu le temps de me remettre même si je fais ma blessée psychologique. Et puis on a abordé la péda(gogie), et là,  sur une semaine, j'ai  eu sept sujets de péda à préparer et à exposer. Sept.
 
Sept sujets de péda (je répète, au cas où tout le monde ne suivrait pas, hein.), quatre en péda théorique, trois en péda pratique

Sept colles à préparer, quoi. En une semaine de cinq jours. Le sommeil ? J'essaye d'arrêter.

À part ça, je vais bien, tout va bien. "sifflotte en tentant de prendre un air dégagé" J'ai survécu au cooncours véto, il ne serra pas dit que le BIZZ de plongée aura raison de moi.

 

 

Je tiens tout de même à préciser que je plaisantais : il n'y a aucune comparaison possible entre THE concours véto et le bizz qui par ailleurs est officiellement un examen.

Partager cet article

Repost 0
Published by Dragon d'eau - dans Boulot
commenter cet article

commentaires

Clem 03/05/2010 10:52



salut mon beau dragon...quelle courage de te relancer dans les études...jamais jamais ! je ne pourrais.....je t'admire !! J'espère que tu va bien, merci d'être là sur mon blog....bises.



Dragon d'eau 03/05/2010 11:22



Bises :-)



Julie et Nina live from Casa 30/04/2010 10:27



rah que tu me fais rire parfois quand on sent comme  ça que tu as un recul énorme sur tes propres "défauts" qualités ;-)


et si la question au concours véto avait été : mon chiot va t'il guérir de sa gâle et avons nous encore des choses de l'attraper sachant qu'il ne rentre pas dans la maison mais officie au jardin
uniquement........(moi qui voulais pas clébard ben je m'attache et j'aimerai accessoirement qu'il aille bien)??



Dragon d'eau 03/05/2010 11:23



Coucou Julie ! Réponse en privé


Bises ma belle



lo 30/04/2010 08:40



je fais partie des traumatisée de la prépa : je n'ai tenu qu'un an, je partais en pleurant le matin (de fatigue), je rentrais en pleurant le soir (de desespoir), les colles de physique ont été ma
bête noire (souvenir d'une fois ou je devais démontrer une formule, au bout d'un tableau entier je réalise que je tourne en rond depuis 10 lignes du genre a+b=c, c-a=b, b-c=a)


Le concours, un fiasco forcément, sauf en français en anglais, j'ai du à peine avoir la moyennes aux épreuves de bio et dans les profondeurs du classement pour les autres matières...


Jamais voulu y remettre un pied (moi carré? JAMAIS!), ayant eu pour la première (et dernère) fois de ma vie un dégoût IMMENSE de l'école, avec envie de courir dans l'autre sens arrivée à la
grille du lycée quasi tous les matins...


Je suis partie à la fac et son monde iréel de glandette en feu DEUG (en 2h de cours, juste une feuille recto-verso écrite, quand en prépa c'était 8...), je me suis reposée, le concours ne
comprenait que 3 épreuves écrites (bio, chimie, français) et 3 orales (maths, 2 langues) j'ai bossé à fond et à mon rythme (j'avais le temps, la fac me laissait le temps!), au point que j'ai
explosé le compteur en chimie (si,si, celle que la prof de physique-chimie de prépa traitait de "fainéante" en lui jetant ses feuilles à la figure a eu 19.5 au concours... J'ai eu une furieuse
envie d'aller lui faire bouffer ma copie pour me venger de l'humiliation subie pendant l'année précédente...)


Et puis j'ai réflechi et admis que sans mes cours de prépa, je n'y serai pas arrivée... Une méthode de travail, des capacités d'ingurgitation développées aux forceps... Mais le prix en a été
beaucoup de souffrances psychologiques pour moi : je regardais hallucinée ceux qui à l'école véto disaient que la prépa était la plus belle année de leur vie...


Tu vois, les stigmates sont toujours là, même quasi 15 ans après, je pourri ton blog :-)!


 



Dragon d'eau 03/05/2010 11:22



Alors là ! Si à te lire on ne voit pas que, oui, effectivement, tu fais bien partie des traumatisés de la prépa !


Je ris, mais je conçois bien que ça aie été pour toi une période affreuse. À l'époque très soutenue par mes parents, j'avais avec leur aide très
soigneusement sélectionnée mes trois classes prépas : niveau correct dans les résultats d'admission, mais pas trop bonnes (donc à priori pas trop élitistes) non plus.


Perso, je pense que les gens (enfin, je n'en ai pas encore rencontrés) qui parlent de la classe prépa comme de la "belle année de leur vie" soit mentent
consciemment, soit se mentent à eux-même en enjolivant leurs souvenirs... Ou bien un peu des deux.


Je me souviens très bien qu'il y a eu des moments très durs et d'autres beaucoup plus légers et au final, le souvenir n'est ni bon ni mauvais. Pour
moi.


En tous cas, je trouve que tu as fait preuve de grandes capacités d'adaptation en abandonnant la prépa elle-même avant qu'elle ne te dévore et en parvenant à
intégrer par le biais de la fac et grâce à ton travail personnel. Tu as toutes les raisons d'être fière de toi, tu sais  ?


Amitiés



Dragond'eau En Quelques Plumes

  • : un dragon entre deux eaux...
  • un dragon entre deux eaux...
  • : Un peu de tout, un peu de rien, beaucoup de moi !!!
  • Contact

J'aime Les Lire...