Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 09:44

A suivre les jolis billets quotidiens de Samantdi, et compte tenu du fait qu'à l'heure où je commence le mien elle n'a pas encore publié son billet quotidien, il semble que l'on soit le 88 ème jour de cette année bissextile.

Faute d'autre idée, ce sera donc mon titre du jour.

 


Hier soir, quand je suis rentrée de mer, le tableau du lendemain (donc aujourd'hui) était fait, et mon nom n'y figurait pas. Comme je suis parfois une stressée de la vie j'ai sauté sur  demandé pourquoi à mon patron, précisant que ça ne m'arrangeait pas d'être de congès aujourd'hui,  que j'avais un rendez-vous vendredi.

Mon patron, (il a plein d'autres inconvénients), mais c'est un très brave homme, la gentillesse même. Il est venu voir le tableau avec moi, un peu perplexe, c'était Mischaël, en sa qualité de moniteur-chef, qui l'avait établi, Patron ne savait pas, mais on verrait avec Mischaël qui lui était reparti en mer.


Car on a des groupes ces temps ci, alors Mischaël pilote et drive (avec l'assurance de son expérience) son bateau Harthur, moi je pilote et drive (de mon mieux avec toute ma maladresse naturelle et mon manque d'assurance) mon bateau Fée-des-sept-mers (en vrai il ne s'appelle évidemment pas Fée-des-sept-mers, mais il a un assez joli nom tout de même), et on n'est pas toujours au même moment en mer, au vrai on s'était croisés à l'entrée du port (on rentrait, il partait).

Aprés j'ai réfléchi, regardé le tableau des moniteurs : mardi 8 mai, il y avait plein de noms d'inscrits, et vendredi il n'y a pour l'instant que Mischaël, Vador et moi, et toujours autant de clients.

 

"Ne refuses jamais un jour de congès quand on te le propose" m'avait conseillé Mischaël la semaine précédente : quand il est rentré et que patron lui en a parlé, j'ai dit que, finalement, congès aujourd'hui, ça serait parfait, si si.

 


Ce matin, j'ai donc paressé jusqu'à 8 heures (d'habitude c'est 5 H 40 le réveil) dans ma chambre baignée de soleil blacket je m'étais fait un petit programme des trucs à faire :

—  décommander mon rendez-vous de vendredi,

—  rappeller madame Z, fonctionnaire, qui devait me renvoyer des documents que je n'ai pas reçus,

— appeller le centre des impôts,

essayer de passer donner mon plasma


et aussi au magasin d'articles de plongée acheter un protecteur d'écran pour ma toute belle toute neuve montre-ordinateur de plongée...

 

 

(ça c'est ma toute belle toute neuve montre-ordinateur de plongée, et le 41:49 en bas signifie que je ne l'ai pas immergée depuis 41 heures 49 minutes donc je me dessèche en surface depuis lors)

 

J'avais juste oublié un truc, mardi 8 mai = férié.

Du coup, je vais avoir toute la journée pour ne rien faire, prendre soin de moi, continuer à bosser sur ma déclaration de revenus, et je ne sais quoi d'autre...

 


                 À part ça, 7 ans à peine aprés avoir été opérée des yeux (le motif à l'époque étant qu'aprés plus de vingt-cinq ans de binoclarderie, je ne supportais absolument plus que mon premier geste du matin soit de chercher mes lunettes à tatons), j'ai dû me refaire faire des lunettes. Bon, je savais que ça devait venir :  j'avais le sentiment de ne pas voir super bien depuis un moment et la prescription de l'ophtalmo en poche depuis trois mois.

En les mettant sur mon nez, j'ai réalisé que j'avais oublié depuis un moment (quelques mois ? Un an ? Un peu plus ?) ce qu'il en était de réellement BIEN voir et, un peu dégoûtée,  me suis dit "Ben merci la vie !" (oui, parce que, quand même à l'époque je pouvais espérer que l'effet soit nettement plus durable.)

Ou pas. Elles sont jolies mes lunettes et il y a bien plus ennuyeux dans la vie, quoi.

 

 

                 À part ça,  j'ai craqué voici un mois et me suis achetée (enfin, il s'agit d'une avance sur mon anniversaire)  l'ordinateur-montre de plongée dont je rêvais depuis si longtempsDiapositive2-copie-3.jpg   

(souvenez-vous c'était là)   

( sauf que le bracelet en titane pour les petits poignets c'est pas adapté donc bracelet élastomère, le mot est moche mais le bracelet moins et ils ont sorti une version black superbe cf photo plus haut). 

 

Et même hier soir je suis parvenue à étalonner la boussole incluse dedans  (reste à voir si je parviendrai à l'utiliser, ce qui est encore différent.)

 

 

 

                 À part ça, l'autre jour il y avait une baleine dans la baie, et les plongeurs sur Harthur l'ont vue à moins de 100 mètres de distance. Ça fait rêver...


grande bleue                 À part ça, voilà ce que je voyais depuis mon bateau hier : la grande bleue, du soleil, et mes plongeurs en train de revenir gentiment vers le bateau....


(le truc vertical à peu prés au milieu, dont on ne voit pas qu'il est orange vif, c'est un parachute de palier et, oui, la photo est aproximative et floue... Mais le moment, lui, ne l'était pas...)

 

                 À part ça, je ne me hasarderais pas à attendre quoi que ce soit de ce qui s'est passé dimanche, ni à le dire, mais si ça devait être le cas, je crois que ce serait trés proche de ce que dit Virgibri.

 

                 À part ça,   il est des jours de légèreté et de douceur...tri de printemps 

 

 

 

 

(et cette dernière photo, c'est un hommage à un grand moment de solitude bisannuel, celui où je ressors mes vêtements pour la prochaine saison....

 

Ma technique à moi c'est de tout sortir en vrac sur le lit, d'où effectivement un grand moment de solitude et de désordre insupportable, de trier et de tout reranger... Et vous, vous faites ? Le changement de place des vêtements selon la saison ? Du tri ?  )

 


Repost 0
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 10:09

Là où j'ai remplacé il y a déjà quelque temps, j'occupais en son absence la maison de mon remplacé.

Une jolie maison sympa.

 


Il m'avait prévenue que j'aurais à m'occuper des chats, mais je n'avais pas trop compris s'il y en avait un ou deux.


Bon, le premier jour, j'arrive à midi, je monte mes valises dans la chambre, je redescends dans la pièce à vivre, un chat noir s'y trouve. OK. À sa demande, je lui ouvre pour qu'il sorte, je me fais à manger et puis il demande à rentrer et disparait dans la maison.

Et puis quelques minutes aprés, il redemande à rentrer de nouveau et disparait dans la maison.

....  Euh ?


Le soir quand je suis rentrée,  j’ai compris qu’il y en avait deux, quasiment jumeaux, à tel point qu'au départ, je ne les distinguais pas.

 

Après j’ai vu et compris qu’il y en avait un qui restait peu à l’intérieur tandis que l’autre sortait peu, un mince et l’autre grassouillet, un extraverti et  un timide, chacun des "ceci" allant logiquement avec chacun des "cela".

 

 

chats jumeaux


 

Photo trouvée ici sur le Net, à noter que la différence de tour de taille entre "mon" mincinet et "mon "grossinet" était moins flagrante qu'entre cet adulte quand même un peu obèse et ce chaton !!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je n’ai jamais regardé s’ils étaient mâles ou femelles. J‘aime mieux les chats mâles, en effet (si c’est pas désolant pour un véto de pratiquer de la discrimination féline sur le sexe), donc ne pas regarder c’était leur laisser toute opportunité d’être des mâles sympas.


 

Le pli a été vite pris : leur ouvrir le matin, les faire rentrer le soir, les nourrir à peu prés à volonté (aprés tout je n'avais pas d'instructions sur ce point et c'était moi qui me coltinais les récriminations félines quand les gamelles étaient vides, mais bon, Dr Remplacé, si vous passez par ici, j'ai quand même fait attention à ce que Grossinet n'enfle pas comme une baudruche...)

 


Sauf que Grossinet a lui aussi très vite pris son propre pli : sortir vite fait avant mon petit-déj et demander implorer  de rentrer avant mon départ. Du coup moi, dés la première semaine, je lui ai mis une litière. J’ai beau avoir peu d’odorat, l’odeur de pipi de chat sur le joli petit tapis devant l’évier, ça allait deux minutes. Je l'ai lavé une fois, j'avais pas l'intention de le refaire tous les deux jours.


 

Quant à Mincinet, lui aussi il est rentré un matin avant que je ne parte au boulot. Du coup, le soir, il a  voulu sortir quand moi je suis revenue et il n’est jamais rentré de la soirée et donc de la nuit. Pas très fière que j’étais car madame l’épouse de mon patron avait bien insisté par l’intermédiaire de l’ASV pour que ses chats dorment dans la maison  la nuit et rassurée j'étais quand il s'est pointé à la porte fenêtre au matin.


 

La seconde fois où il m’a fait le coup, jamais je ne l’ai laissé ressortir, et il a miaulé longtemps en me tournant autour, d’une voix aigue, intense, exaspérante.

 

 


Mincinet et Grossinet ne pouvaient pas se voir en peinture.

Les deux gamelles de croquettes devaient être éloignées d’a minima cinquante centimètres, hors de question de boire ensembles dans la gamelle d’eau largement suffisante pour deux chats. De temps en temps j'entendais cracher et levant le nez de ce que je faisais je voyais que, oh préjudice grave, ils s'étaient retrouvés à moins de cinquante centimètres l'un de l'autre.


Au bout de quelques jours, habitué à moi, Grossinet dormait sur mon lit tandis que Mincinet, esseulé, se roulait en boule sur le canapé au rez de chaussée. J'avais un peu mal au coeur personnellement, mais bon...

 

 

Un soir, il (Mincinet) a voulu monter à l’étage. Grossinet était quant à lui placé en plein milieu de l’escalier. C’est-à-dire, en plein milieu, dans le sens de la hauteur, et en plein milieu de la marche.

 

 

Mincinet a fait trois tentatives accompagnées de crachats et grondements dont il était impossible de dire de qui ils venaient, et puis finalement il a sagement abandonné et est revenu sur son canapé.

 

 

Un autre soir — celui, justement où il-mincinet voulait sortir et moi je n’étais pas d’accord, au bout d’un moment, il-mincinet s’est un peu énervé, et il s’est carrément mis à courser Grossinet qui, doublé de volume, crachant et soufflant n’avait certainement jamais autant couru de sa vie.

 


C’était très drôle à voir, mais je n’ai pas cédé à ce chantage indirect (comment ça, anthropomorphisme ?), en revanche, ça m'a fourni une bonne anecdote à raconter aux ASV le lendemain.

 

Oui, je sais, c'était pas trés gentil. En même temps, on rigole de ce qu'on peut, hein.

Repost 0
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 09:12

Voilà des années et des années que, bien qu'en âge de le faire (si si, j'ai 18 ans... ou à peine plus, disons...), je n'avais pas voté.   Je ne savais jamais pour qui voter.

 

 

Le monde me désespère, les pouvoirs publiques me désespèrent et je n'ai aucune confiance en les hommes (femmes) politiques, quel que soit leur obédience (ça se dit ?), qui qu'ils (elles) soient, quoi qu'ils disent.


Bon, à vrai dire, je ne les écoute pas parler non plus et je ne lis même pas leur programmes électoraux, pas le courage.

C'est viscéral, instinctif, je sais on va dire, "je suis convaincue" c'est plus politiquement correct qu'ils mentent / enjolivent / nous prennent pour des écervelés (me concernant ils n'ont pas si tort) / nous manipulent / nous exploitent...

Peut-être pas tous, évidemment : Il est sûr qu'on aimerait croire en un monde plus vert, plus écologiquement responsable, et / ou bien plus humain.


La question, là, est différente : quelles réelles chances d'accéder à de réelles responsabilités et possibilités décisionnelles ont ces "partis" "minoritaires" ?

Et du coup, comment voter si l'on se dit que chaque voix compte mais qu'on n'a confiance en personne ?

 

À chaque grand rendez-vous électoral précédent, je m'angoissais à l'avance, cette fois-ci, il fallait que je vote, éventuellement blanc, mais il fallait que je le fasse, c'était tout de même scandaleux de n'avoir, ainsi, aucun esprit civique, aucune conscience sociale.

Quand on pense que, les femmes ont dû se bagarrer pour avoir le droit de voter, il n'y a pas si longtemps que cela, il y a effectivement un peu de quoi avoir honte...   Je me souviens avoir éludé, il y a quelques années, les questions de ma soeur, me demandant "pour qui" j'avais voté aux présidentielles, et l'avoir carrément envoyé sur les roses quand, consternée, elle m'a dit qu'elle espérait qu'au moins j'avais voté.

Mais rien n'y faisait et je me retrouvais honteuse, le jour où "tout le monde" allait voter, sans carte d'électeur et... honteuse (comment ça, je l'ai déjà dit ?).

 

 

 

 

Hé bien, il semble que je grandisse dans la tête (on va dire qu'il n'est jamais trop tard, hein...).

Cette année, j'ai pris ma carte d'électeur suffisamment à l'avance (et sans angoisse, en plus ;-) ) et c'était ancré dans la tête : quoi qu'il se passe, mon bulletin atterrirait dans l'urne.

S'agissant de "pour qui" voter, je ne me suis pas réellement posé de questions. Je suis partie du principe qu'il y avait deux (j'espère sincèrement pas trois") candidats qui avaient réellement leurs chances d'être notre prochain Président.

Une, je ne veux même pas croire qu'elle puisse réellement faire partie de ce trio de tête ; un, on a déjà testé durant cinq ans, et personnellement, je suis loin d'être convaincue (euphémisme... J'étais déjà sceptique lors de son élection, et peut-être que ce qui m'a bougée cette année est ce vague dégoût ressenti à son égard et du fait qu'il représente la France).

D'où mon vote. [Qu'on n'aille pas croire, je ne suis pas particulièrement fière de la façon dont je me suis décidée. Mais cf le deuxième paragraphe de ce billet, je n'ai pas plus le courage que par le passé de lire des programmes électoraux dont je ne crois pas le premier mot.]


Le bureau de vote ouvrait à l'heure où je devais me présenter au taf, et fermait avant mon retour potentiel, alors j'avais dit à mon patron et à mon collèque que j'irais voter avant le taf (sous entendu "et j'arriverai à l'heure où j'arriverai !").


J'ai mis mon bulletin dans l'urne avec une drôle de sensation. Je doute que mon bulletin de vote fasse basculer l'avenir de la France dans les années à venir, parce que même si "il" est finalement élu, je doute un peu que ce soit réellement "grâce à moi" et aussi qu'il parvienne réellement à faire bouger les choses.

Mais cette année c'est moi qui ai voté et c'est moi qui ai dit faussement consternée à mon collègue de travail que comment ça, il n'avait pas été voter, il fallait qu'il me laisse fermer la boutique le soir et qu'il parte plus tôt pour y aller.

Il ne l'a pas fait, il ne savait pas pour qui voter.

 

Et vous, une anecdote, un commentaire sur ce que vous évoque ce rendez-vous électoral ? En évitant, par pitié, le débat politique...

Repost 0
Published by Dragon d'eau
commenter cet article
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 12:17

  (le titre est une référence à mon patron de l'an dernier qui, en guise de briefing avant plongée disait souvent  "bon, hé bien, plouf glou glou."

Donc l’eau est toujours froide. (ne vous étonnez pas, honorables lecteurs, du décousu dans la publication des billets : c’est comme je peux quand je peux, aussi bien l’écriture que la publication.)


Froide, froide, froide, sans thermocline, c’est à dire qu’on ne peut même pas espérer remonter un peu pour se sentir mieux.

 

Et mouillée, aussi, et plus j’y plonge, moins je sèche, je ne comprends pas (c’est là qu’il fallait sourire ou même rire, pour ceux qui veulent être polis).

   

 

Deux plongées par jour, les premiers jours je sortais de là épuisée, la tête enserrée dans un étau insidieux et pénible et puis ça a été mieux, progressivement.

 

En plus, insidieusement, je me retrouve plus ou moins affectée au matériel (distribution des combis, paires de palmes et détendeurs aux clients et forcément leur restitution après la plongée) (mais ça va changer car j’ai dit carrément à mon patron que ça me faisait ch…. et qu’il était absolument hors de question que cela devienne mon poste attitré) donc je remonte au club la dernière et il n’y a plus que de l’eau tiède dans la douche.


Et (oui oui j’ai des vrais problèmes dans ma vie, Xème degrés inside of course) je ne vois rien de plus insupportable qu’une douche à peine tiède quand tu es à moitié gelé (et la vessie tellement prête à exploser que paradoxalement il te faut te concentrer pour parvenir à en éliminer le contenu, j’avais peut-être oublié de dire, je suis poète à mes heures aussi) et que tu rêves d’une longue douche brûlante.

 

Donc je rêve (encore) d’un règlement intérieur  où il serait inscrit que les mecs n’ont droit qu’à trois minutes de douche chacun, pas plus (ben quoi, trois minutes c’est largement généreux quand on a les cheveux courts) (et, oui, je suis pour l’instant la seule fille de l’équipe) comme ça il restera toujours de l’eau chaude pour moi.  

À part ça, je ne suis pas égocentrique du tout, non, non.

 

          (ça c'est parce que j'aime beaucoup  cette

          chanson  et qu'allez savoir pourquoi j'ai

          des envies de douceur)
 

      Les premiers jours, pour

      diverses  raisons  un peu plus

           sérieuses que la température des douches

           tout de même, j’étais un

           peu découragée   et   je

       me demandais un peu si

        j’allais terminer   la   saison

            (par  ailleurs   à  peine   débutée…),   je me voyais à moitié tout  planter là et remettre une annonce dans notre Vet hebdo favori, mais je ne crois pas que c’était « sérieux », même dans ma tête. Je pense plutôt que c’est un réflexe humain  d’autoprotection, se dire qu’on a le choix et toute cette sorte de conneries.

 

 

 

Et puis j’ai commencé à prendre le rythme, j’ai commencé à prendre conscience que des tas de choses ont mûri dans ma tête depuis l’obtention de mon diplôme et que même si je suis toujours capable de faire des conneries à mourir de honte, peut-être un jour si j’arrive à persister dans cette voie je serai un bon moniteur et que parfois je suis capable de faire des trucs tout à fait bien.

 

journal 1Et l’autre jour j’ai vu ça dans le journal que mon patron achète tous les matins et que du coup tout le monde lui pique à un moment ou un autre.

 


Ça m’a fait sourire et j’ai attendu quelques jours pour le découper et le coller dans mon journal perso.


Si même mon horoscope le dit !

Repost 0
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 11:17

 

Voilà, je me suis remise à l’eau.

Qui était froide, comme prévu.

 

eau froide


 

 

 

 

La photo date de l'an dernier — l'eau de cette photo devait être aussi froide qu'actuellement —  mais si on pouvait avoir une aussi jolie visibilité ces jours ci...

 

 

 

Dieux merci, je rentre dans ma combinaison l’autre jour, je me suis demandé, un peu désolée, s’il était possible de perdre cinq kilogrammes en deux jours.

J’ai retrouvé Mischaël et Riton, et il y a  Vador, que je connais très peu mais avec un à priori positif, qui va travailler avec nous.

 

Mischaël m’a demandé s’il me foutait la paix aujourd’hui — je ne prends le travail officiellement qu’après demain — mais j’ai répondu qu’au contraire, j’étais partante pour qu’il me remette dans le bain.

 

Du coup il m’a faite piloter le semi rigide, faire le briefing — fort utile puisqu’il n’y avait sur le bateau ce jour là que des moniteurs aguerris et connaissant les sites, le club et la plongée mieux que moi et m’a dit plein de trucs.

 

La bonne et la mauvaise nouvelle c’est que j’ai vraiment l’impression que je vais être parachutée en plein dans les bonnes grosses responsabilités du moniteur de plongée alors que je suis aussi débutante que juste après mon diplôme — l’an dernier, je n’ai rien fait, que balader des gens sous l’eau.

 

Limite, de stress à cette idée, j’aurais envie de démissionner d’emblée, mais ça  c’est moi (et pas moi en même temps car je n’ai jamais été, justement, démissionaire…).

 

Au lieu de ça, je vais prendre une bonne grosse nuit de sommeil et commencer à préparer deux trois trucs dans ma tête et réviser le secourisme — le genre de trucs dont on espère ne jamais  avoir besoin mais Mischaël a déjà effectué sa première évacuation de la saison il y a quelques jours.

 

Je me suis promis de prendre soin de moi cet été : bien boire (de l’eau !), bien m’hydrater (n’aurais-je pas dit deux fois la même chose ?), soigner ma peau et mes cheveux, dormir un maximum.

Repost 0
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 12:30

Journée de congès inopinée mais bienvenue.


Petit déj : ça, c'est fait ! Un de mes grands plaisir lors de mes jours de congès, venir petit-déjeuner au village, dans un café sympa, d'un énorme chausson aux pommes avec de la compote maison. C'est tout juste miamm.


En revanche, mon plaisir est un peu gâché lorsque vient me faire la bise  et en me tutoyant comme une vieille connaissance ce vieux monsieur que je croisais avant souvent au port dans mon ancien club de plongée. Il serait temps que j'en guérisse, et pourtant, si j'ai plaisir à croiser sur les spots de plongée Lechefl'intimidant, je n'ai aucune envie de revoir tous ces gens que je croisais au port quand j'étais amoureuse et puis aprés encore.

 

Dans le même thème, j'aime bien les amoureux qui se bécottent sur les bancs publics, mais ceux qui se font des bisous supers bruyants chez MaacDau, et dont on peut suivre la conversation à deux mètres de distance, ça me saoûle.

Envieuse et aigrie ? Ce sont des questions que je me pose toujours, il n'est pas facile d'assumer socialement son célibat quand on n'est pas sûr justement de l'assumer intimement. En même temps, sincèrement, non je ne crois pas. Justement parce que je suis capable de regarder des couples en souriant et en me disant qu'ils enjolivent le monde.

 

cahier1

 

 

 

 

Alors, ça, c'est un des trucs qui m'ont fait trés plaisir récemment : cette photo très nulle est celle d'une bouteille de plongée (vous auriez reconnu, non ?) Qui comme il est écrit dessus a été dégagée du service actif car rouillée à l'intèrieur.

Un de ces jours, quand j'aurai du temps, je la décaperai, la repeindrai, y ajouterai un socle et la transformerai en lampe dont je serai à tort ou à raison très fière ;-)

 

 

 

 

 

 

J'aime bien sortir de chez moi et sentir l'odeur particulère d'ici, j'aime moins quand le temps est gris et froid, mais marcher sur le bord de mer reste toujours aussi sympa, d'ailleurs je vais y aller, sinon, je vais assassiner le couple d'à côté.


À part ça :

Faire mes comptes, ça c'est fait.

              Regarder la météo pour demain, aussi.

Réviser pour demain, reste à faire, de même que... le reste, et d'aller me coucher tôt.cahier2

 

 

 

En même temps, il n'est que midi et demi et sinon, oui, il va être temps de quitter MaaacDooooo et Internet pour retourner à la liste des trucs à faire.

 

 

 

 

 

 

et comme vous l'auriez peut-être compris, il se passe actuellement un stage niveau 4 au club de plongée et ce soir là je faisais les exercices en même temps que les candidats histoire de dérouiller les neurones.

 

 

 

 

 

 

Et chez vous, qu'est-ce qu'il raconte, ce mois d'avril ?

 


Repost 0
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 19:02

 

.... que j'aurais pu poster ce billet, rédigé après un week end de quelque jours sur l’île de beauté, à Ajaccio très précisément où j’étais venue déjà il y a quelques temps

 

"et que je retrouve avec plaisir.

 

Je suis partie léger, j’ai juste quelques vêtements et une paire de basketts et même pas d’appareil photos dans une petite chambre prêtée sur les hauteurs d’Ajaccio.

Une longue petite trotte — mais je suis bonne marcheuse, à force, ce qui pique un peu c’est de commencer par la descente et de devoir avaler la montée au retour — le long de la route en regardant la mer, les bateaux ancrés dans la baie, les ferrys en train de partir ou de charger ou d’arriver et me voici en bord de mer, au début de la route des sanguinaires, ou en centre ville.

 

 

Il y a des zones très agréables, à Ajaccio, par exemple le vieux port avec ses restaus aux serveurs / menus / vues sur la mer / terrasse (cocher la mention préférée)  plus attractifs les uns que les autres.

 

Difficile de choisir ce qui me plaît le plus, entre la citadelle avec ses ânes et chèvres broutant tranquillement dans les douves (les a-t-on descendus par hélitreuillage ? Avec la copine qui m’accompagnait ce jour là, c’est ce que nous nous sommes amusées à imaginer), la vue de la mer bleue vert azur, émeraude, transparente, depuis les remparts, les petites rues.

 

 

Mais j’avais aussi envie de vous parler d’un endroit extraordinaire, que j’avais déjà repéré au cours d’un premier touch and go sur l’île il y  a quelque temps : Le bistrot du cours.

Je l’avais repéré parce que je passais quasiment tous les jours devant lors de mon premier séjour à cause de tous ces livres et de la mention wifi et puis parce que la déco de la façade est vraiment sympa [oui oui j’utilise ce mot à toutes la sauces et pour tout dire].

 

 le bistrot du cours

Photo http://www.cityvox.fr, clic sur la photo

 

Je suis donc passée des tas de fois devant, aux heures d’ouverture ou à des heures où il était fermé, et j’étais subjuguée par  cette accumulation improbable et tellement fascinante de livres. Des poches par dizaines, centaines, milliers peut-être, des grands formats, tellement attirants pour moi qui ne m’en achète jamais tant par nécessité budgétaire — c’est cher scredioune, les livres !! Déjà en poche, alors en grand format ! — que par économie de place chez moi. Des vieux livres aux belles reliures.

Des livres qui visiblement avaient vécu et d’autres qui semblaient avoir été peu ou pas lus.

 

 

Plusieurs fois, alors que le rideau était fermé, j’ai lorgné l’étagère de métal sise à côté du bistrot, et les livres qui restaient dessus, attendant quoi ?

 

Personne ne semblant se formaliser, je me suis laissée aller à feuilleter l’un ou l’autre et puis un gars est passé alors que j’étais plantée là et m’adressant un rapide sourire de « salut-tu vas bien- on ne se connaît pas mais on partage une mince complicité de part notre présence au même endroit pour la même raison », a déposé deux bouquins et est parti.

Alors j’ai osé en emprunter un que j’ai reposé deux heures après, ayant lu ce qui me suffisait dedans.

 

 

Et puis le lendemain, je suis revenue, avec mon gros sac à ordinateur. Je suis rentrée, le propriétaire( ??)-serveur un homme mince  aux cheveux ras, grisonnants, au nez aigu et aux petites lunettes, portant un grand tablier noir de bistrot (?) — m’a croisée avec un plateau de verres en me disant bonjour et je suis restée plantée là,  regardant autour de moi,  attendant de demander si je pouvais brancher mon ordi et sur quelle prise.

 

Un autre homme — cheveux mi longs frisés pantalon-veste ouverte m’a demandé s’il pouvait m’aider et je lui ai exposé ma question.

Il m’a répondu « Oh, sans doutes, mais on va demander. ». L’homme au tablier revenait et l’homme à la veste lui a posé ma question qu’il lui a retournée « Ben qu’est-ce que t’en pense, toi ? ».

J’ai attendu sagement qu’ils aient terminé de me bizuter gentiment, déterminant entre eux qui était le chef et pouvait m’autoriser le grand accès à l’électricité et donc à Internet et puis ne pouvant du fait de la place de la prise utiliser une des banquettes d’aspect confortable, je me suis assise, sic, sur une chaise de jardin très jolie mais pas confortable du tout et j’ai commandé un grand crème décaféiné et j’ai passé des heures sur Internet.

Un moment il y a eu de la musique — une play list diiiizer branchée depuis un ordinateur visible depuis le recoin menant aux toilettes — et puis les nouvelles locales sur la télé. Je me suis enfuie quand, beaucoup plus tard, le match de foot a commencé.

 

À un moment j’ai demandé à l’homme au tablier pourquoi ils étaient là tous ces livres, et j’ai dû lui faire répéter sa réponse tant il parlait doucement « Pour tourner ».

C’était exactement la réponse que j’espérais.

Alors, je ne sais pas si le Bistrot est une entreprise rentable (et à vrai dire, vu le temps passé depuis la rédaction de ce post, j’espère qu’il existe encore)…

Et qu’est-ce que je déteste positionner  ce genre de question alors que le bistrot est surtout, pour moi, une fantastique caverne d’Ali-Baba, un lieu de convivialité, de partage, d’échange, de rêve, parce que pour moi, lire, c’est avant tout s’évader et rêver ce qui explique que je n’aie jamais su lire de livres qui puissent être qualifiés de « sérieux ».

Mais je pense que cet endroit vaut vraiment le coup d’y aller, d’y prendre un café ou même plusieurs, une bière corse ou autre chose, de lire les citations écrites sur les murs, d’y amener des bouquins et d’en emprunter."

Repost 0
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 13:24

Au téléphone, il s’agit d’une jeune femme. Elle a trouvé un chien, elle voudrait savoir s’il a une puce électronique.

Moi j’étais au téléphone avec mon patron, parce que j’essaye de faire des radios à un chien et j’ai un problème de développement.

Je lui dis, OK, qu’elle peut me l’amener pour voir s’il a une puce, mais je sens venir le plan foireux s’il n’a pas besoin de soins je ne pourrai pas le garder. Justement, me dit-elle, elle lui a donné à manger, et il a des difficultés à manger, justement ; elle a l’impression qu’il est blessé.

On discute trois minutes, je suis de sale humeur mais je crois parvenir à rester pro et à la cacher, entre ce problème de développement de radios, la chienne au chenil-je-sais-absolument-pas-ce-qu’elle-a-et-ça-m’emmm-fortement, et puis ça.

 

Les animaux errants, c’est LA tuile sur laquelle je déteste tomber (enfin quand on y réfléchit, y’a pas mal de tuiles sur lesquelles je déteste tomber).

 

Bon, parce que, en trois mots, les animaux errants, c’est censé être le problème de la municipalité. Qui me semble-t-il devrait « avoir »  un chenil de fourrière contactable 24 heures sur 24 et puis un vétérinaire dédié.

 

Sauf que tout ça c’est coûteux et souvent les animaux errants c’est le cadet des problèmes du maire ou en tous cas c’est l’impression que tu as toi le véto dans ton coin (je remercie à ce sujet par avance mes honorables lecteurs de ne pas polémiquer, j’ai bien parlé d’ « impression » sous entendu « personnelle » et quand je mentionne « toi le véto dans ton coin » c’est en fait de moi que je parle).

Et souvent en tous cas dans mon expérience personnelle c’est le bordel.

 

Si on t’amène un chien (NB dans les paragraphes suivant, à peu prés toutes les mentions « chien » pourront être heureusement remplacées par « chat ») errant à toi le véto dans ton coin, tu regardes s’il est identifié, tu regardes s’il a besoin de soins.

Si non identifié et besoin de soins (sous entendu de « soins relativement importants »), t’es dans la merde. Parce que, faut pas croire, t’as un cœur et t’aimerais bien le soigner. Mais t’es aussi patron d’une entreprise qui ne peut pas travailler à perte — ou un employé de cette structure qui essaye de travailler aussi dans l’intérêt de l’entreprise, donc pas à perte.

 

Et on ne parle pas d’un chien errant par ci par là, parce que si tu commences à les soigner gratos, ça va très vite être la suite de Fibonacci, le nombre de chiens et chats que t’auras à soigner gratos sans compter tous les gens qui t’amènent un animal en disant qu’ils l’ont trouvé alors que c’est le leur.

 

La jeune femme me dit qu’elle n’a pas de voiture, elle verra lundi avec son véto ; le problème temporairement réglé, je retourne à ma radio.

Elle me rappelle plus tard, j’ai à peine terminé avec mon chien à radio, je sais toujours pas ce qu’a la chienne que j’ai dans le chenil et j’ai pas eu le temps de rappeler maman-dragon pour le cadeau d’anniversaire de mademoiselle-petite-fleur.

 

Finalement elle (la jeune femme au téléphone, tout le monde suit ?) ne peut pas garder le chien chez elle, elle me l’amène. Avec un sentiment croissant d’anxiété, je lui répète que si le chien n’a pas besoin de soins je ne pourrai pas le garder (et s’il a besoin de soins, je fais comment, et s’il n’a pas besoin de soins, ai-je le cœur de le renvoyer dans la rue).

 

Quand j’ouvre la porte, un moment plus tard, ce sont deux ados et une jeune femme à peine plus âgée qui sont sur le seuil.

Dans les bras de la jeune fille, un petit chien probablement tondu de pas si longtemps, et qui a l’air tout décati, jaune très clair, ou blanc, peut-être, la barbe tâchée d’une hypersalivation pas récente.

La jeune fille qui le porte me remercie de l’accueillir et je ne réponds rien à cela, super gênée en mon for intérieur.

 

On le pose sur la table, je pose deux-trois questions, j’enfile des gants et ouvre la gueule du petit toutou sympa.

Que je referme avec une exclamation de dégoût désolé à mi-voix, manquait plus que ça.

La petite bête ne porte pas de puce électronique mais un tatouage est lisible dans son oreille.

Qui renvoie à un numéro de téléphone d’un monsieur ou madame Crue-d’hiver, à quelques 600 km d’ici.

Au téléphone, une voix de femme sympa. Non, elle ne possède pas de chien, juste un chat, et comme je progresse dans mes tentatives pour comprendre, elle me dit ne pas  s’appeler Crue-d’hiver et qu’elle a toujours eu ce numéro de téléphone fixe, depuis son emménagement dans son domicile en 2004.

Le chien a été tatoué en 2000, de toutes façons, alors il est fort possible que son maître  ait eu ce numéro de téléphone, avant de déménager et d’omettre le changement de coordonnées, comme beaucoup de gens.

 

Je prends mon courage à deux mains pour expliquer aux jeunes gens que je suis désolée mais que je ne peux rien pour eux.

 

Que ce chien a certes des problèmes de santé, mais qui ne sont aucunement liés à un accident ou quelque chose comme ça, et qui ne nécessitent pas une hospitalisation. Je vais lui faire des injections pour dire que j’ai fait quelque chose le soulager, et il faut qu’ils l’amènent à la poolice municipale qui le confiera à la SPAAA.

La jeune fille me demande si elle ne pourrait pas avoir le numéro de téléphone que je viens de composer : peut-être la poolice pourrait-elle retrouver l’ancien propriétaire…

Mais, non : si des policiers (municipaux) viennent me le demander, je leur donnerai, mais pas à des particuliers — puisque ce téléphone n’est plus attribué aux propriétaires du chien, je ne pense  pas être autorisée à le dévoiler à des particuliers.

 

Je lui explique que cette pauvre bête a un gros problème de langue, probablement une tumeur de la langue.

 

Si on ne retrouve pas ses maîtres — seuls à même de décider comment le soigner à priori — rapidement, il faudra peut-être  l’endormir pour éviter qu’il ne souffre, mais moi je n’ai pas le droit de le faire, là, ce soir, et eux ne peuvent rien de plus pour lui, à part le confier justement à la fourrière qui fera ce qu’il faut.

Je suppose que je devrais peut-être leur demander une participation symbolique aux soins mais je ne le fais pas.

Ils repartent le chien dans les bras et elle me remercie de nouveau.

Moi j’ai honte de ne pas pouvoir / vouloir faire plus. J’ai mal au cœur pour ce pauvre chien. Dans ce genre de circonstances, je sais très bien que je ne suis qu’une pauvre tâche qui rêverait de pouvoir sauver le monde et qui n’assume pas de ne pas se donner les moyens de sauver au moins quelques animaux errants par ci par là. Vaste sujet de réflexion.

Repost 0
Published by Dragon d'eau - dans Boulot
commenter cet article
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 11:34

Que je vous raconte. C'était un beau samedi aprés midi de garde et tout s'annonçait pour le mieux (c'est à dire que le dragon d'eau, ayant dévoré un tranquille repas de midi parce que, quand on est de garde, il vaut toujours mieux manger quand on en a le temps, ça sera peut-être plus pareil plus tard, était en train de se lover douillettement sous la couette pour la tranquille sieste de l'aprés midi.)

Le téléphone sonne, urgences vétérinaires du jour, bonjour, c'est monsieur Chasseur-que-je-ne-connais-ni-d'Ève-ni-d'Adam qui a un chien blessé par un sanglier, la discussion est trés brève, je suis, ses deux collègues qui vont m'amener le chien et le numéro de rappel qui va bien, au cas où je ne les verrai pas arriver.

Un peu plus tard, deux messieurs d'âge (et à la bedaine) plus que mûrissant(e)  sont devant la porte, tenue typique des chasseurs, c'est à dire, grosses bottes, vêtements de chasse dans des tons neutres et magnifiques parkas orange fluo avec bandes réfléchissantes, histoire de bien signaler à tout sanglier qui passerait qu'ils sont chasseurs et au bout d'une laisse le chien de chasse moyenmaigre, l'air de rien, les oreilles pendantes et la tête basse parce qu'on ne la leur fait pas, à eux les chiens de chasse, ils savent très bien quand ils sont  devant une clinique vétérinaire et que ça sent mauvais pour leur matricule.


Nom de code Globule, deux ans au compteur

Bonjour, entrez, je referme la porte à clef, toujours, chien sur la table, jeune, trop maigre comme tous les chiens de chasse que je connais (oui, je l'ai déjà dit), des oreilles duveteuses trés longues trés lourdes trés douces qu'on aurait envie de se frotter dessus, pardon je m'égare.

 

 

Examen clinique rapide pour vérifier qu'il n'y a rien d'autre, points de suture à prévoir mais bon, rien de bien méchant, juste une petite suture pour se mettre en jambes pour le WE.


Aparté : Monsieur-patron-mon-patron détestant les impayés a développé comme pas mal de vétos ses propres techniques, parmi lesquelles l'établissement pré-opératoire d'un devis à faire signer par le propriétaire.


Donc je me mets en devoir de faire un dossier administratif dans l'ordi. date de naissance, sexe, race... "C'est un Bruno du jura ?"

Deux paires d'yeux un peu scandalisés me fixent par dessus le dos du chien qui tranquillement couché sur la table n'a quant à lui pas conscience de l'erreur à la limite de l'insulte que je viens de commettre : "Oh ! Docteur !" me réprimande l'un d'eux gentiment "C'est un Saint Hubert, voyons."

Sourire "Je ne le ferai plus, promis." Enfin, jusqu'à la prochaine fois où mon cerveau ne sera qu'à moitié connecté et où j'aurai oublié la tactique à suivre pour les cas où on n'est plus sûr de reconnaître la race.

 

globule2

 

 

Deux heures aprés, Globule dans sa cage regardait fixement la tubulure de perfusion qui sortait de sa patte et semblait en plein questionnement métaphysico-existentiel sur ce qui lui était arrivé.


Encore une heure aprés je le retrouvais derrière la porte-fenêtre du chenil, la cage ouverte, la perfusion trainant derrière lui à moitié arrachée, regardant mélancoliquement à l'extèrieur et je comprenais l'utilité des clips destinés à verrouiller les portes de cages que jusqu'ici je ne mettais pas.


" — Allo, monsieur Chasseur-que-je-ne-connais-ni-d'Ève-ni-d'Adam ? Est-ce que vous pourriez venir chercher Globule ? Il est parfaitement réveillé et je crois qu'il aimerait bien rentrer chez lui."


Ah oui mais non, ça l'arrangeait pas, monsieur Chasseur-que-je-ne-connais-ni-d'Ève-ni-d'Adam, il aurait bien aimé que je garde son chien pour la nuit, enfin, est-ce que ça allait lui coûter quelque chose en plus ?


 

Et là, j'avoue, je suis, j'ai été, je serai toujours sur ce genre de choses, faible. J'ai dit que non, ça ne lui coûterait rien de plus.

 


Pourquoi je dis que je suis faible ?

Parce que, non, ça ne coûte pas "rien" à la structure de garder une nuit  un chien qui pourrait sortir à 18 ou à 20 heures (en garde, on ou en tous cas moi se préoccupe assez peu des horaires classiques).

Ça coûte en disponibilité du véto de garde qui va devoir sortir le chien, le nourrir, essuyer pipi et caca le cas échéant, qui devra rendre le chien à un moment où ça ne sera plus calme du tout (dixit la loi de Murphy) et aura la cage sale à mettoyer-désinfecter au moment où il en a besoin propre.

Ça coûte en énergie vitale du dit véto qui va passer du temps à disputer le dit chien qui chougne, aboie, gémit, hurle, caquète, pleurniche, etc etc, ça dépend des chiens. À noter qu'il n'y a qu'à la télé que vous verrez un véto prendre un animal hospitalisé dans son lit. Ou p't'être que c'est moi qui suis un véto trop nulle et dénuée de coeur.


Éventuellement, ça va coûter une injection de Stresssssnail si vraiment le dit animal est trop stressé et que c'est compatible avec la clinique.

Mais tout ça c'est des petits trucs qu'on n'est pas habitués à compter, qui ne se comptent pas d'ailleurs, et puis souvent on n'y pense qu'aprés. Donc oui, c'est sûr, je pourrais certainement facturer wouatmille chouias d'euros plus ou moins symboliques. Sauf que non je ne le fais pas et au fond c'est certainement trés bien comme ça.


Parce que quand comme là, il s'agit d'un chien au comportement de  chiot adorable et pataud  qui vous fait craquer parce qu'il demande des calins, se roule sagement en boule quand vous ne vous occupez pas de lui, dévore avec appétit deux gamelles de croquette (une petite le soir, une normale le lendemain matin, moi ça me fait plaisir les chiens qui se jettent sur la nourriture et mangent en battant de a queue avec enthousiasme) et accueille tout content les deux mêmes messieurs venus le rechercher, ben ça, ça fait partie des cas où on se dit que, non, vraiment, c'était plutôt un plaisir qu'autre chose d'avoir ce toutou au chenil.

Repost 0
Published by Dragon d'eau - dans Boulot
commenter cet article
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 14:18

Je rentre d'une journée de formation, intéressante, mais...

(mais il va falloir que je passe mille coups de fil et renvoie des documents pour me faire payer dans wouatmille mois, et ça me fatigue d'avance...)

(mais est-ce que j'aurai jamais l'occasion de mettre tout cela en pratique ?)

(mais est-ce que que c'est vraiment bon pour moi de continuer à graviter en périphérie de cette société où j'aurais sans doutes tellement aimé rentrer mais c'est maintenant plus possible. Moi et mon esprit de corps, mon désir d'intégration, c'est parfois dur d'être la roue de secours.

Enfin de toutes façons, c'est là-bas comme partout, avec des problèmes spécifiques et ci et ça.


Reste que quelles que soient mes avancées, parfois je me prends de plein fouet l'impression d'être passé il y a longtemps à côté de moi-même et que quoi que je fasse tant de portes ouvertes il y a des années débouchaient sur des territoires aujourd'hui inaccessibles. Et où je (crois que jeme sentirais tellement mieux.

Ceci dit, regarder ailleurs et se dire qu'on y serait mieux est fondamentalement décourageant et contre-productif. Regretter ce qu'on a loupé, idem.

 

 

 


 

 


D'ailleurs, tout le monde, quelle que soit sa place sur terre / dans la société, a loupé des portes à un moment ou à un autre. S'appesantir là dessus, regretter, avoir des remords, est stérile.

Donc avancer.


Le bon Dr Docteur mon médecin traitant m'a récemment prescrit un bilan sanguin de cinq pages (de résultats, la demande d'analyse, elle, ne comportait "que" environ une vingtaine d'items) quand je suis passée le voir pour mon certificat d'aptitude médicale à la plouferie.

Je suis retournée le voir avec les résultats parce que je me questionnais un peu sur le taux de potassium qui sortait un peu de ses bornes des limites. Mais le dr Docteur ça l'a pas plus perturbé que ça, par contre il m'a fait remarquer que j'avais plus du tout de fer et que ça pouvait expliquer que je sois fatiguée.

—  "Mais vous en avez déjà  pris, du fer, non ?"

—  "Ben oui, y'a deux ans, vous m'en aviez prescrit..."

—  "Et vous ne le prenez pas ?" (Regard étincelant du médecin qui choppe son patient en flagrant délit d'inobservance et dont le capital patience, un vendredi soir à 18 H 30 avec encore 4 personnes dans la salle d'attente, est aussi bas que mon taux de fer.)

—  "Ben si, Docteur, je l'ai pris pendant trois mois comme vous aviez dit, et puis aprés, vous ne m'aviez pas donné d'instructions..."

 

Là, curieusement (stupéfié par tant de stupidité ? Se disant qu'aprés tout il avait sa part de responsabilité ?), il a préféré ne plus rien dire et m'a represcrit du fer pour trois mois.

Au délà de l'absolument inintéressant de cette anecdote, je rigole doucement et je m'énervouille un peu. À la Vieille Maison, on m'avait enseigné à TOUT écrire sur les ordonnances : à bien des égards,  ce qui est dit s'envole, les écrits restent.

Et puis je note que même quand le véto que je suis dis (aux propriétaires de mes) à mes patients qu'ils doivent me donner des nouvelles ou revenir à la fin du traitement, bien souvent, ils ne le font pas.

 

Et puis p't'être que je dois comprendre que je dois, soit modifier radicalement mon alimentation pour y chopper plus de fer, soit admettre que je suis chroniquement carencée en ledit élément donc que je "dois" me traiter de façon chronique ou récurrente, mais je suis censée comprendre ça toute seule ? C'est vrai que je suis véto, donc bien évidemment d'une intelligence supèrieure, (je plaisante of course) !

 

Mais en fait non : je suis moi-même un patient lambda, ni plus intelligente ni moins qu'un autre, d'autant que sur ce type de thème, je n'ai pas de "point de repère" issu de ma pratique, qui m'aurait permis de me méfier. Alors si mon médecin ne me donne ni ne m'inscris  d'instructions précises ?   Et là c'est pareil : le bon Dr Docteur, il m'a represcrit du fer pour trois mois, mais c'est à moi de comprendre que dans trois mois il faut que je repasse le voir. La communication, ça ne s'invente pas, et je suis bien consciente que chacun voit midi à sa porte. D'un autre côté, c'est lui le professionnel. M'enfin si je ne le fais pas, c'est bien moi qui au final en suis responsable et en "pâtit".

 

Mon médecin traitant, il est bien pour des tas de choses, moins bien pour d'autres, mais j'ai plus besoin de lui que lui de moi.


C'est vrai que maintenant qu'on en cause, je suis fatiguée.

 

Mais là, j'ai deux semaines de vacances (on se demande pourquoi je suis fatiguée, hein, à ne rien f... comme ça) et aprés je me remets à l'eau. Je ne suis pas sûre, la balance gémissant un peu actuellement, de rentrer dans ma combi, et l'eau va être froide, mais j'ai hâte.

Repost 0
Published by Dragon d'eau - dans Boulot
commenter cet article

Dragond'eau En Quelques Plumes

  • : un dragon entre deux eaux...
  • un dragon entre deux eaux...
  • : Un peu de tout, un peu de rien, beaucoup de moi !!!
  • Contact

J'aime Les Lire...