Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mars 2008 5 07 /03 /mars /2008 19:23
— "Vous avez dit "Musique classique " ???
Beurkkkk....
Bon j'exagère volontairement... Je ne suis pas si "anti classique" que cela, et puis si ça se trouve, ce que je qualifie de "musique classique" dans mon fourre-tout de cerveau est probablement tout et n'importe quoi et pas forcément toujours réellement du "classique". En cherchant bien, on doit pouvoir trouver quelques  "morceaux" de musique classique que j'aime bien (comme la "symphonie du nouveau monde" de Dvorjak, "Ma patrie" de Svetlana, "les quatres saisons" (Vivaldi), et puis sans doutes d'autres trucs de ci et de là.) En tous cas jamais je n'irais spontanément écouter du classique, d'ailleurs j'en ai pas chez moi, rien, de nada.

Mais il y a un "dessin animé" de Walt Disney que j'aime énormément et qui, justement, est constitué d'illustration animées de musique classique, et c'est Fantasia. Ce film, mes parents en parlaient avec regret quand j'étais enfant et lorsque, je dirais vers 1995-96, il a été réédité en VHS, je l'ai acquis pour eux (et pour l'anecdote, je n'en ai même pas un exemplaire pour moi).
Et c'est vraiment un film que je trouve magnifique en tous points et que je regarde de temps en temps chez eux avec plaisir.
L'un de mes passages préférés c'est celui-ci :


 
Vous ne trouvez pas qu'il est craquant, ce petit âne licorne  avec ses oreilles tombantes, ses dents de lapin (cherchez l'erreur), écrasé sous le poids de Bacchus mais le portant néanmoins avec entrain et lapant  joyeusement le vin tombé de la coupe de Bacchus avant de danser grâcieusement le quadrille avec lui ?
Évidemment, les centaures et les faunes sont sympas aussi mais c'est le petit âne (il parait qu'il s'appelle Jacchus, je ne sais pas d'où ça sort).
Ce qu'on ne voit pas dans la vidéo postée, c'est le passage suivant : Zeux s'éveille d'un petit somme dans un nuage et par désoeuvrement (enfin, j'écris ça de mémoire, hein...) se met à lancer un orage et des éclairs sur, justement, les centaures, les faunes, Bacchus et Jacchus.
Passage qui fait toujours de la peine à mon coeur de greluche, où on voit les faunes et les centaures s'égailler sous la tempête, une centaure porter secours à un petit faune, une jument "pégase" aider l'un de ses tous jeunes poulains à voler contre les trombes d'eau.... Et le petit Jacchus terrorisé par les éclairs et l'eau .. :((((
Repost 0
Published by Dragon d'eau - dans Musique - vous avez dit
commenter cet article
3 mars 2008 1 03 /03 /mars /2008 01:23
En visite chez mes parents, aprés le repas, je fais avaler un médicament, à la seringue, à Latoutoune.
Latoutoune est le chien de mes parents, de la même race que Letoutou qu'elle n'a pas connu. C'est un amour de vieille chienne hyper gourmande, un peu paresseuse, douillette, chochotte, arthrosique mais pas trop grosse (un truc, un seul, que je n'ai pas raté...)
Bref, je lui administre son médicament, elle n'est pas trop d'accord mais se laisse faire, et, le médicament avalé, semble visiblement estimer qu'elle mérite une récompense.
OK.
Je cherche autour de moi et avise le reste de magret de canard de midi (oui c'était un repas festif). M'étant lavé les mains, je lui en coupe un micro morceau que je lui donne en lui chuchotant "C'est un secret entre toi et moi, OK ? Normalement tu n'y as pas droit, alors tu ne le dis à personne." Et m'amusant de son enthousiasme (la queue bat tellement fort que tout le corps dandine de droite et de gauche) je répète en levant doctement l'index droit : "Ça reste entre toi et moi, OK ?" à quoi elle semble opiner avec enthousiasme.
Je quitte la pièce (bêtement.). Une heure aprés, maman me dit "Tu avais rangé le reste de magret de canard au frigo ?"
Oups. Plus aucun souvenir.

Vana.jpg

"Non, ben laisse tomber, tu ne l'avais pas rangé et latoutoune en a fait son affaire".
Je regarde la chienne de travers "Quand j'ai dit que c'était un secret entre nous, ça n'était PAS une invitation à avaler le reste."
Comme c'est une bonne pâte, elle se contente de remuer la queue avec enthousiasme pour répondre. L'air de dire "OK, mais en tous cas c'était boooooooooooooooooooon".
Moralité du point de vue Toutounesque : La nourriture humaine est toujours meilleure que les croquettes haut de gamme qu'on me sert matin et soir que même que peut-être qu'elles sont haut de gamme mais moi des fois je les regarde l'air de dire "j'ai déjà marché dans des trucs comme ça"  donc il ne faut jamais hésiter à se servir soi-même dans les restes dés que l'humain de service a le dos tourné.
Moralité de notre point de vue à nous : Arrrrrg, cette chienne est un véritable danger public et malgrés toute notre bonne volonters on se fait régulièrement "avoir"...
Ce qui me rappelle que j'aurai une autre anecdote concernant la chose... Je veux dire, la bête, Latoutoune, quoi...
;)
 
Repost 0
29 février 2008 5 29 /02 /février /2008 21:14
Traduire que

chat-fatigu--.gif

Image trouvée sur ce site.

.... D'abord à cause de mon manque chronique de sommeil.
.... Ensuite parce que j'ai été courir ce matin.
En vrai, courir, je déteste ça. Ça me donne mal au ventre, aux poumons, des courbattures... Mais j'aimerais bien faire plus de sport, aussi lorsque hier mon collègue de travail de Ç... a dit devant moi qu'il aimerait bien pouvoir faire du sport avec le véto que je remplace parce que ça le motiverait, mais que celui-ci n'était pas  sportif pour deux sous, je lui ai dit "Mais moi je veux bien faire du sport quand je suis là !"
Il fut donc convenu que nous irions courir ce matin. Comme il fait froid, j'arborais triomphalement la panoplie du parfait coureur : bonnet, gants en soie, fuseau, running shoes.
Nous partîmes au petit trot, mon collègue me disant qu'on n'allait pas forcer.

looney-tunes-titi-silvestre-8.gif
Image trouvée ici.

Voyant quelle allure il avait prise, je me suis aussitôt permis de mettre en doute cette affirmation par devers moi mais sans exprimer ouvertement mes craintes car ne voulant pas montrer quelle fiotte je suis.

Effectivement, trois quart d'heures et environ 8 kilomètres plus loin, j'avais mal au ventre, plus de jambes et les poumons en feu. Mais j'avais suivi (enfin il a probablement ralenti.)

Nous arrivâmes pour trouver des clients m'attendant devant un café préparé par la secrétaire pour les faire patienter. Sympa, personne, justement,  ne s'impatientait !
Sans prendre le temps de passer sous la bonne douche qui aurait été de rigueur j'enfilai donc une blouse pour soigner les chiens. Tout en vaquant à cela, j'avais des quintes de toux dus à l'irritation par le froid et tous les clients habitués se sont gentiment moqués de moi "Alors Docteur, votre collègue a essayé de vous assassiner ?"
Ce soir je suis crevée, mal au dos, et je sens que je vais avoir des méga courbatures. N'empêche que c'était bien et que, ce qu'il me faudrait, c'est de pouvoir aller courir avec lui deux trois fois par semaine...
On a tous besoin d'un "lièvre", dans la vie ! (En tous cas, pour courir, moi, oui !)
Repost 0
Published by Dragon d'eau - dans Boulot
commenter cet article
25 février 2008 1 25 /02 /février /2008 20:29

Ce matin (mais comme d'hab je posterai cet article plus tard, dieu sait quand, qui sait on sera peut-être déjà au printemps ou en été...) à la gare, devant le radiant de chauffage, il y avait un jeune homme mal habillé, pas rasé, le teint rougeaud et la peau durcie, d'une vingtaine d'années, qui sentait le tabac, le rance et le vieil alcool. Un sans-domicile fixe sans doute. Je n'avais pas de cigarettes à lui donner, il ne m'a pas demandé d'argent.

J'ai avisé sa main, sommairement entourée d'un sopalin plein de sang et les gouttes de sang sur le sol.

Chacun a son courage. Il y a beaucoup de choses qui ne me font pas spécialement peur, probablement en partie à cause d'une superbe inconscience et d'un stupide sentiment d'invincibilité qui est surtout d'ailleurs du "ça n'arrive qu'aux autres." Stupide, on est bien d'accord parce que il y a toujours un truc au moins qui n'arrivera pas qu'aux autres mais qui vous touchera vous. Je parle bien sûr "en général".
Chacun son courage, donc, chacun ses peurs.
Et moi j'ai peur, réellement, du SIIDAA, des hééépatites, et d'une manière générale de ce que, dans le jargon, on appelle des accidents d'exposition au sang. Ou plutôt, d'un accident d'exposition au sang d'un pauvre hère à la vie difficile qui a peut-être ou peut-être pas tâté de la drogue et/ou eu une vie sexuelle désordonnée. [NDLR : les considérations qui suivent le mot "difficile" ne se veulent nullement des jugements hâtifs... D'où le "peut-être, ou peut-être pas"...]

300px-P7032101-small2.jpg

En l'occurence, en voyant ce sang, je n'ai eu qu'une idée, m'éloigner. Comme je savais que c'était nul et ridicule, et que, tout de même ( :((( ) ça me gênait,  je lui ai tout de même au préalable demandé ce qui lui était arrivé et s'il voulait que l'on appelle une ambulance.


Il a refusé poliment et je me suis éloignée. Au delà de la blessure de ce pauvre gars et de ma peur instinctive du contact sanguin, il y a une autre peur, celle de la pauvreté et de tout ce qui va avec, tout simplement. Et je me sens nulle, je trouve lamentable de me comporter vis-à-vis d'un clochard comme si son état était contagieux. Ce n'est pas du mépris, je crois fondamentalement que tomber dans la rue peut arriver à tout le monde, et que donc il n'y a pas matière à considérer ces gens de haut ou quoi que ce soit. C'est juste une peur instinctive. (et c'est peut-être bien, d'ailleurs, le "ça peut arriver à tout le monde" qui me fait peur, mais ceci est un autre débat....)

Repost 0
23 février 2008 6 23 /02 /février /2008 00:00

Qu’est-ce donc que ce petit animal plein de fureur, de piquants et de bruits, en train de piailler coin-coin comme un[e] idiot[e] ?

 

undefined


C’est moi l’autre jour…     À un moment où rien ne se passait correctement et où je pestais dans tous les sens. Et puis je suis rentrée chez moi et je me suis vue comme une sorte de canard déguisé en dragon, hérissé de piquants et de fureur stupide et en train de piailler dans tous les sens au milieu d’une envolée de plumes et de coin-coins ridicules.

Du coup j’ai tenté  de coucher sur le papier cette image drôle qui m’avait traversé l’esprit et, si c’est bien moins réussi que dans ma tête, si la réalisation m’en a demandé plusieurs jours, ça aura au moins eu le mérite de me  détendre…

J’ai discuté avec quelqu’un, l’autre jour. [L'autre jour, mais je ne sais plus si c'est le même autre jour que celui des "coin-coin" dans tous les sens]

Quelqu’un qui,   à ma demande banale   et sans idée cachée   « ça va ? » m’a répondu gentiment qu’il allait bien. Qu’il avait toujours tendance à regarder les choses du bon côté, à voir son verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide. Qu’il y avait tellement de gens qui avaient de vrais problèmes, il suffit de regarder autour de soi pour se dire qu’on a tout pour être heureux. Et quand son verre était vraiment plein, hé bien, il en mettait un peu de côté en prévision éventuelle de périodes moins heureuses.

Et moi je l’écoutais en me disant qu’il y avait leçon, gentiment donnée, mais leçon néanmoins…  

J’aime pas trop les leçons…

Pourtant, s’agissant de quelqu’un que j’apprécie et respecte, il convient de ne pas se braquer bêtement et de réfléchir.

J’ai pas le sentiment de me plaindre tous azimuts. Pourtant, peut-être  et même sans doutes cela se sent-il que je ne suis pas heureuse, et que je cherche mon bonheur. Et sans doutes cette personne a-t-elle raison. Même si c’est pas facile à s’avouer.

Alors quoi ?

Quelques jours aprés, je quittais précipitamment mon appartement pour l’Afrique. Nous avons eu une escale dans un pays d’Afrique, une heure et demie d’attente au soleil, à regarder des margouillats, à essayer de dissiper ce sentiment d’irréalité et de dépaysement, à penser à ceux que je laisse derrière moi, qui vont me manquer sans que la réciproque soit vraie. [Oui, par ce que j’ai la sale habitude de m’attacher à des gens, comme ça, des gens que je ne connais pas, pour pas grand chose, comme Seafree par exemple, et de penser à eux, comme ça, pour pas grand chose, sans qu’ils le sachent, sans que ça soit important pour eux. Et je me sens con  mais je me dis aussi que peut-être il y a comme ça quelque part dans le monde des gens qui pensent à moi comme ça pour pas grand chose, et ça c’est sympa comme idée. Quel dommage cependant que tous ces petits riens spontanés ne se rencontrent jamais…]   Je savais bien à cet instant là que c’était « juste » la transition, que dans quelques jours à peine je serais en immersion et n’y penserais plus [ou plus trop....] et c’est effectivement ce qui s’est passé..

Me dire que je dois arrêter de me créer des nœuds au cerveau. Vivre le moment présent, apprécier, profiter… Avancer tous les jours un petit peu.

Repost 0
21 février 2008 4 21 /02 /février /2008 21:00
Aujourd'hui, mon collègue de travail de Ç... a amené brièvement ses filles au boulot...
Il est d'abord passé le matin en salle de préparation où je détartrais un chien, avec sa grande, environ neuf ans, cheveux coupés au carrés, blonds cendrés, yeux bleus, déjà le nez en bec d'aigle de son papa. Inutile d'être grand clerc pour comprendre qu'il ne s'agissait pas d'une gamine  adoptée !!
Il avait entrouvert la porte "Entrez, je vous en prie" lui ai-je dit. La petite, mi-intimidée mi-dégoûtée, s'est logée dans un coin.
— "Tu peux t'approcher pour regarder, il dort, il ne risque pas de mordre !"
La petite tête a été secouée avec vigueur et le papa s'est mis à rire "Oh là, elle devient toute blanche, allez, zou, on sort"

petite-fille-grecques.png
[À noter qu'il ne s'agit d'aucune des filles de mon collègue mais d'une petite fille photographiée à Thessalonique en 2006]
L'aprés midi il est revenu avec la plus jeune, trois ans. Il devait la garder avec lui tout en gérant son travail de secrétariat et partir tôt l'emmener à une fête.
Craquante, pareil,  des cheveux blonds cendrés au carré, d'immenses yeux bleux claires, d'adorables joues rebondies de petite fille, un bourgeon de nez qui pour l'instant n'est pas recourbé...
En cours d'aprés  midi, je suis allée en salle de repos me servir un café ; la salle était sombre, j'ai allumé, me suis dirigée vers la machine...
Oups ! Je suis vite fait revenue en arrière pour éteindre : sur le canapé, un petit bout de petite fille ouvrait des yeux endormis...
Sans lui parler, je me suis doucement servi un café et suis ressortie... Elle était déjà repartie dans ses rêves.
J'aime beaucoup les gosses. Pas tous, je l'avoue !! Pas ceux qui sont remuants, mal élevés et qui touchent à tout dans une salle de consultation, veulent être portés pour voir, se suspendent à la table de consult...
Mais il y en a qui sont vifs tout en étant sages, éveillés mais pas destructeurs, intéressés, souriants... Un plaisir, quoi !

Je pourrais parler de cette adorable petite asiatique de, quoi, deux ans, trois ans ? passée cet aprés midi à la clinique avec son papa, quant à lui de type méditerranéen, pour le vaccin du chien.
Moi : "Qu'elle est jolie votre fille !"
Lui, discrètement "On l'a attendue longtemps, mais elle est là et oui, elle est jolie...."
Je pourrais parler de ce petit bout de bonhomme sérieux comme un pape, à qui j'avais fait écouter le coeur de son chien. Les petites mains s'étaient fermées sur les branches du stétho et il avait écouté, concentré, avant de rire avec émerveillement. Quelques instants aprés, alors que je le ramenais du chenil où je l'avais emmené voir des chatons que nous avions en pension, le papa me confiait que ce petit-là était arrivé peu avant de ? Russie ? Je ne suis plus sûre...
Repost 0
Published by Dragon d'eau - dans Boulot
commenter cet article
17 février 2008 7 17 /02 /février /2008 11:46
En quatrième année d'École Vétérinaire, je me suis inventé une griffe professionnelle. En fait je l'ai inventée à ce moment là et je l'ai reprise beaucoup plus tard.

calligraphie.jpg
Photo ici.


L'anecdote, c'est la suivante : lors des semaines de "Patho-repro" (comprendre "Pathologie de la reproduction"), nous réalisions des chirurgies tous les matins. Donc nous opérions un chien voire deux, surveillions son réveil, l'emmenions ensuite au chenil où il passait la nuit.... Et le lendemain matin dès le début des cliniques, examen, changement de pansement, retrait de cathéter et si tout allait bien, sortie avec (pas systématiquement mais souvent) une prescription d'antibiotiques surtout par sécurité et si nécessaire des anti-douleur.
Chacun d'entre nous avait donc un ou deux animaux à gérer chaque matin. Il est vrai que vu du haut de mon expérience actuelle, tout cela n'aurait pas dû prendre plus de quelques minutes. Mais nous étions étudiants et nous avions à coeur de pratiquer des examens cliniques complets et que chacun, troisième comme quatrième année, examine l'animal.
Bref, quand moi, personnellement, j'avais bien tout fait, je me retrouvais souvent comme une c... parce que la consultante était déjà repartie à l'autre bout de l'École où elle devait surveiller les chir du matin. Donc il fallait que je lui coure aprés pour qu'elle me signe mes papiers sinon le "stratif" ne pouvait clore le dossier et l'animal ne pouvait sortir. Courir à l'autre bout de l'école, revenir ramener le dossier au stratif, re-courir vers la chir pour commencer (en retard) sa ou ses chirs du matin.
Et ce n'est pas que j'étais spécialement lente, simplement la consultante était un peu surchargée, elle faisait son taff et ceux qui n'allaient pas assez vite devaient courir.
Au bout d'un moment ça m'a saoûlée : les prescriptions, je les connaissais, les dossiers je savais les remplir, alors quand c'était de la routine, je faisais un gribouillis tout simple, vaguement en forme de huit aplati et élargi, dans la case "signature du consultant" et je donnais tout au stratif. [Exemple qu'il n'est bien évidemment pas du tout recommandé de suivre...]
Le stratif aurait-il jeté un coup d'oeil qu'il m'aurait rappellée en me disant d'une voix impérieuse "Hum hum, Dragon d'eau, cette marque, là, c'est bien la signature de Balou ? Je ne la reconnais pas !"
Mais il ne l'a jamais regardée.
Et moi, plus tard, quand je me suis lassée de faire ma belle signature bien complexe et dont j'étais naïvement si fière sur les ordonnances, et, aussi, quand mon premier patron m'a fait remarquer que mes clients n'avaient pas à connaître ma signature, celle que je mets sur mes chèques, j'ai repris mon grifouillage et en ai fait ma signature professionnelle, que j'utilise toujours aujourd'hui.

Je trouvais que c'était drôle, comme anecdote... ;)
Repost 0
Published by Dragon d'eau - dans Boulot
commenter cet article
14 février 2008 4 14 /02 /février /2008 02:09
Patient, Givrée et d'autres ont commencé sous la direction de Prof , à se préparer pour le niveau 4.

AvatarScuba43.gif
Image trouvée sur le site plongeur.com

Je les regarde avec envie. C'est tout moi, ça. C'est pourtant évident : dans la vie, on ne peut pas tout faire au même moment. Il faut faire des choix et accepter de ne pas pouvoir tout faire en même temps.
Ben moi j'ai du mal.

En l'occurence,  je sais que je ne parviens pas à assister régulièrement aux séances piscines, que je vais partir trois mois à l'étranger, que par ailleurs j'ai débuté le saut en parachute... Que, donc, je ne peux pas envisager de préparer le N4 pour l'instant. C'est clair, c'est net, et c'est pas grave : si je "dois" le faire, je le ferai un jour, au moment qui sera le bon, et si je ne le fais pas, c'est pas grave. Hé ben quand je les regarde, j'ai beau être sincèrement convaincue de tout ce qui précède,  je les envie.
Lorsque je suis là (et c'est malheureusement pas souvent que je suis à la piscine), j'essaie de m'appliquer à faire un peu d'enseignement.
L'autre jour j'ai fait un baptème. Une autre fois, j'ai pris en charge deux élèves en prépa niveau 1 et Audi, qui est MF1 et quelqu'un que je respecte sans trés bien le connaître, m'a dit qu'il m'avait vue faire, et que j'étais vraiment trés bien, trés sécurisante. Ça m'a fait plaisir. C'est clair que j'aime bien enseigner.
L'autre jour j'ai pris en charge Frileux, une bonne quarantaine d'années, pas du tout à l'aise dans l'eau. Nous avons travaillé le "vidage de masque", trés progressivement et même si moi, du niveau que j'ai actuellement, j'ai ressenti de la frustration et eu l'impression de ne pas avoir avancé, lui m'a dit avoir le sentiment d'avoir progressé et dépassé ses angoisses.

Je me connais suffisamment pour savoir que, si j'allais avec le groupe des prépa N4, je regarderais les autres encadrants faire bosser les futurs N1 et je culpabiliserais-regretterais de n'être pas parmi eux.

tortue-ind--cise.gif
Image prise ici.
Indécise, Dragon d'eau ? Nan, je ne vois pas ce qui peut bien vous faire dire ça...
Repost 0
10 février 2008 7 10 /02 /février /2008 01:10
Je travaillais dans une clinique fortement rurale où plusieurs vétos passaient la journée dans leur voiture à effectuer des visites. Moi, j'assurais sans trop de brio car débutante, la canine à la clinique.  Nous restions en contact avec les vétos par  un système de CB.
C'était  fonctionnel  mais aussi sympa car il pouvait arriver qu'avec L, le plus jeune des associés, trés sympa, nous bavardions un peu ou balancions quelques c....ies sur les ondes, histoire de se détendre. Et comme le réseau était partagé avec les infirmiers du coin, il arrivait que nous dialoguions ou échangions des infos les uns avec les autres.

Un soir, il pleuvait sans discontinuer depuis la veille et  L...  ayant signalé sur la CB des inondations, je lui ai demandé si la route jusque chez moi était dégagée ou pas.
Il y était passé et me répondit qu'à l'heure où il était passé, la circulation se faisait mais que la chaussée était en voie d'être inondée de façon à bloquer le passage.

inondation.jpgPhoto trouvée ici.

"Flute" ais-je répondu, sachant bien que mes collègues ne me laisseraient pas tomber le cas échéant, "je vais devoir dormir dans une cage au chenil, et en plus il n'est même pas chauffé [C'était faux bien sûr, quand il y avait des animaux malades on pouvait chauffer le chenil, quand il était vide, on coupait le chauffage.]."
Il a ri et m'a répondu : "Ouai.... Ou bien tu pourras passer par telle route, ça ne fait guère que 10 km de détour."

À ce moment là, une voix mâle inconnue s'est faite entendre sur la radio   "Non, mais vous savez, si c'est pour rendre service, on peut s'occuper de votre collègue, on a un brancard à l'arrière de l'ambulance."

Nous avons partagé un bel éclat de rire.
Repost 0
Published by Dragon d'eau - dans Boulot
commenter cet article
7 février 2008 4 07 /02 /février /2008 09:42
La première était ....

Et voici la seconde sur youtube :



J'aime toujours beaucoup... La version live ne me déçoit pas du tout (jolie performance vocale du chanteur, jolie musique...)
Ces temps-ci je m'endors en l'écoutant (parmi une petite playlist) et quand, vers 05 heures du matin, les muezzin appellant à la prière m'éveillent, je cherche à tatons mon ipod pour remettre la musique... 

Et vous, qu'en pensez-vous ?
Repost 0
Published by Dragon d'eau - dans Musique - vous avez dit
commenter cet article

Dragond'eau En Quelques Plumes

  • : un dragon entre deux eaux...
  • un dragon entre deux eaux...
  • : Un peu de tout, un peu de rien, beaucoup de moi !!!
  • Contact

J'aime Les Lire...